Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Economie

Pioneer va supprimer 10 000 emplois

Dernière modification : 12/02/2009

S'ajoutant à la longue liste des groupes japonais frappés par la crise, le géant de l'électronique Pioneer a annoncé un plan de restructuration drastique, comprenant 10 000 licenciements et son départ du marché des téléviseurs.

AFP - Le groupe d'électronique japonais Pioneer a annoncé jeudi un nouveau plan de restructuration draconien, comprenant 10.000 suppressions de postes et son départ du marché des téléviseurs, devenu un gouffre financier de plus en plus béant du fait de la crise économique.

Pioneer va ainsi accélérer sa transformation en spécialiste du son et des équipements électroniques pour voiture au détriment des métiers de l'image, une réduction de voilure qui s'est déjà traduite entre avril et décembre derniers par 9.900 suppressions d'emplois au sein du groupe.

Cette nouvelle saignée s'ajoute à toutes celles déjà annoncées ces dernières semaines par une cohorte de multinationales japonaises de tous les secteurs, frappées de plein fouet par la dégringolade de la demande mondiale et la flambée du yen. Entre autres, Nissan et NEC vont supprimer 20.000 postes chacun, Panasonic 15.000, Sony et TDK 8.000 chacun, Hitachi 7.000, le verrier Nippon Sheet Glass 5.800, Toshiba 4.500, Honda 3.100 et Toyota 3.000.

Pioneer, qui avait déjà commencé à restructurer son activité téléviseurs en confiant notamment la fabrication de dalles-mères plasma à son rival Panasonic, va finalement se retirer complètement de ce marché qui, a-t-il jugé dans un communiqué, "ne présente aucune perspective d'amélioration de sa rentabilité".

"Nous retirer de l'activité téléviseurs, où nous étions à la pointe, est un déchirement pour nous, mais le marché change plus rapidement que nous ne l'avions prévu", s'est désolé le PDG Susumu Kotani devant la presse.

Les téléviseurs plasma ont lourdement plombé les résultats de Pioneer au troisième trimestre 2008-2009, au cours duquel la perte nette consolidée a atteint 26,15 milliards de yens (218 millions d'euros) contre un bénéfice net de 1,69 milliard un an plus tôt. Le groupe s'attend désormais à finir l'exercice, le 31 mars, sur une perte nette record de 130 milliards de yens.

Pioneer a l'intention de fermer environ neuf de ses trente sites de production à travers le monde, dont les usines de téléviseurs plasma situées aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. Il va également tailler dans ses services administratifs et dans la R&D. Au total, 6.000 postes permanents et 4.000 emplois temporaires disparaîtront à travers le monde.

De plus, le groupe envisage de confier son activité DVD à une coentreprise exploitée avec un partenaire qu'il n'a pas identifié. Si l'on en croit les médias japonais, des négociations sont en cours avec son compatriote Sharp.

Au final, la division électronique grand public de Pioneer se réduira à trois piliers: systèmes audio, matériel pour disk-jockey et boîtiers pour systèmes de télévision par câble. Le groupe cherchera également de nouveaux débouchés dans les métiers du son, qu'il juge être son point fort.

Surtout, Pioneer compte, selon un communiqué, "se transformer en une entreprise centrée sur le métier de l'électronique pour la voiture", à savoir essentiellement les équipements audio et les systèmes de radionavigation.

"Même si le marché automobile reste sinistré, nous nous attendons à ce qu'il rebondisse d'ici mars 2011, date à laquelle apparaîtront de nouvelles opportunités dans le domaine des voitures respectueuses de l'environnement et économes en carburant", a estimé M. Kotani.

"Nous espérons saisir ces nouvelles occasions grâce à notre force actuelle sur le marché et à nos avantages technologiques", a-t-il promis.

Première publication : 12/02/2009

COMMENTAIRE(S)