Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Fifagate : L'Afrique du Sud rejette les accusations autour du mondial 2010

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

FIFA: Sepp Blatter se pose en victime

En savoir plus

POLITIQUE

La République et la gauche : deux visions en confrontation (partie 2)

En savoir plus

FOCUS

Darfour, le conflit oublié

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Au Mexique, la guerre de la drogue continue de tuer

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'histoire du hip-hop racontée à l'IMA

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Quatre résistants au Panthéon : François Hollande en tête à tête avec l'Histoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Général Barrera : "le Mali n'est plus occupé par les terroristes"

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Marché transatlantique : avec les consommateurs, mais sans les citoyens ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Les résultats officiels confirment l'avance de Kadima

Dernière modification : 13/02/2009

Selon les résultats définitifs et officiels du scrutin législatif en Israël, le parti Kadima de Tzipi Livni conserve un siège d'avance sur le Likoud de Benjamin Netanyahou au Parlement, avec 28 sièges contre 27.

AFP - Le parti centriste Kadima de Tzipi Livni maintient sa légère avance sur le Likoud (droite) de Benjamin Netanyahu, qui conserve le plus de chance de former une coalition, selon les résultats officiels des élections législatives en Israël annoncés jeudi.

Le Kadima (28 élus) devance toujours d'un siège le Likoud (27) sur un total de 120 à la Chambre, la majorité restant nettement aux formations de droite, a précisé la commission centrale des élections.

Les autres partis sont dans l'ordre: Israël Beiteinou (15), le parti travailliste (13), Shass (11), Judaïsme unifié de la Torah (orthodoxe ashkénaze, 5), Union nationale (extrême droite, 4), Ram Tal (arabe, 4), Khadash (communiste arabe, 4), Meretz (gauche laïque, 3), Habeit Hayéhoudi (extrême droite, 3), Balad (arabe, 3).



L'Union nationale a gagné un siège par rapport aux résultats provisoires annoncés par la commission électorale après le scrutin de mardi, qui ne comptabilisaient pas les votes de quelque 175.000 militaires.

Benjamin Netanyahu a rencontré jeudi les dirigeants de la droite religieuse, opposée à toute concession avec les Palestiniens, pour les associer à son équipe. La veille, l'ancien Premier ministre (1996-1999) avait discuté avec Avigdor Lieberman, le dirigeant du parti d'extrême droite laïc Israël Beiteinou, auteur d'une percée (15 sièges).

M. Lieberman a exprimé sa préférence pour un gouvernement de droite sans pour autant "écarter à ce stade tout autre candidature".

Benjamin Netanyahu tient ses consultations sur fond de craintes croissantes dans la communauté internationale qu'un gouvernement à forte coloration d'extrême droite enterre le processus de paix sans même chercher à garder les apparences.

Dans ce contexte, les Etats-Unis et l'Europe insistent pour qu'Israël poursuive ses efforts en vue de parvenir à un accord de paix.

Médias et analystes s'accordaient jeudi à penser que Netanyahu sera le prochain Premier ministre. Malgré son mandat d'avance, Mme Livni n'a aucune chance de former un nouveau gouvernement pour l'instant, faute d'alliés politiques.

Pour l'heure, la dirigeante du Kadima ne peut compter que sur le soutien des 28 députés du parti. Les formations de gauche, très affaiblies après le scrutin, ne lui ont pas donné leur appui.

Les dirigeants du parti travailliste, qui a chuté de 19 mandats à 13, ont annoncé qu'ils se résignaient à l'opposition tant la constitution d'un cabinet Livni leur paraissait irréaliste.

La grande question est de savoir si Netanyahu constituera un gouvernement restreint s'appuyant sur Lieberman, ou bien élargi avec la participation du Kadima, son option favorite.

Les journaux écartent tous un gouvernement Livni, même dans l'hypothèse peu vraisemblable d'un ralliement du parti de Lieberman à un cabinet sous sa direction.

Le président Shimon Peres devrait commencer ses consultations avec les partis la semaine prochaine pour choisir la tête de liste la mieux placée pour obtenir la confiance du Parlement.
 

Première publication : 12/02/2009

COMMENTAIRE(S)