Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

VOUS ÊTES ICI

Dans le secret de la haute couture

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

BCE : Mario Draghi voit la vie en rose

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'"apartheid" de Manuel Valls : un grand mot et des petits remèdes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Emailgate" : "Hillary est sa pire ennemie"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

World Press Photo : l’un des lauréats perd son prix

En savoir plus

DÉBAT

La Libye dans le chaos : l'avenir du pays se joue-t-il au Maroc ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Burkina faso autorise l'exhumation de la dépouille présumée de Thomas Sankara

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Évasion fiscale : "En trois ans, les États ont pu récupérer 37 milliards d'euros"

En savoir plus

DÉBAT

Départementales 2015 : le Parti socialiste doit-il s'inquiéter ?

En savoir plus

SCIENCES

Les glaciers de la Cordillère ont perdu 43% de leur volume

Dernière modification : 13/02/2009

Entre 1975 et 2006, les glaciers de la Cordillère royale, situés entre 4 800 et 6 000 mètres d'altitude en Bolivie, ont perdu 43% de leur volume. Un phénomène qui pourrait à terme poser des problèmes de ressources en eau pour La Paz.

AFP - Le volume des glaciers de la Cordillère royale en Bolivie a diminué de 43% entre 1975 et 2006, ce qui pourrait poser des problèmes essentiels d'approvisionnement en eau à La Paz, conclut une étude de trois instituts de recherche français publiée cette semaine.
   
"Le volume des glaciers de la Cordillère Royale en Bolivie, situés principalement entre 4.800 et 6.000 mètres d'altitude, a fortement diminué depuis 1975", précisent l'Institut de recherche pour le développement (IRD), basé à Marseille, le CNRS (Centre national de la recherche scientifique) et l'université Joseph Fournier de Grenoble dans un communiqué.
   
Les scientifiques français et boliviens ont basé leur étude sur l'observation de photos aériennes de ces glaciers réalisées entre 1963 et 2006.
   
Certains de ces glaciers alimentent indirectement en eau potable la ville bolivienne de La Paz, à hauteur de 27% durant la saison sèche (mars à octobre), a précisé à l'AFP Christian Vincent, chercheur à l'université Joseph Fourier de Grenoble et coauteur de l'étude.
   
"La poursuite de la perte de volume pourrait à terme poser des problèmes essentiels de ressources en eau" pour La Paz, siège du gouvernement bolivien, soulignent les scientifiques.
   
L'étude a tenté de déterminer les raisons de cette fonte importante des glaciers depuis 1975 mais "il n'y a pas de cause évidente", selon M. Vincent.
   
Même si les mesures disponibles montrent une hausse de température comprise entre 0,5 et 0,8 degré celsius sur les 30 dernières années dans les Andes tropicales (Pérou et Bolivie), elles ne suffisent pas à expliquer le niveau de fonte.
   
Quant aux précipitations neigeuses qui semblent être déterminantes pour la taille des glaciers dans cette région du monde, les données disponibles sont trop incomplètes pour permettre d'en tirer des conclusions, selon M. Vincent.
   
La Cordillère Royale des Andes a une surface glaciaire de 324 km2.
 

Première publication : 13/02/2009

COMMENTAIRE(S)