Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

"Force de Sibérie" : l'appel de la Chine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Comme le disait ma grand-mère"

En savoir plus

DÉBAT

Mali - pourparlers à Alger : peut-on croire à la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine : la Russie en guerre contre l'Europe ?

En savoir plus

FOCUS

Les géants américains du tabac à l'assaut de la cigarette électronique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ben l'Oncle Soul toujours en plein rêve pour son deuxième album

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le trio CAB, un voyage musical entre Afrique, Brésil et Caraïbes

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • Rythme scolaire : la rentrée chahutée par des maires récalcitrants

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Mercato : l’AS Monaco prête Radamel Falcao à Manchester United

    En savoir plus

  • Washington annonce avoir mené un raid contre les Shebab somaliens

    En savoir plus

  • L'ONU envoie une mission pour enquêter sur les crimes de l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Vers un nouveau coup d'État militaire au Pakistan ?

    En savoir plus

  • Vidéo : une rentrée des classes pas comme les autres en Ukraine

    En savoir plus

  • Hong Kong en rébellion contre l’emprise de Pékin

    En savoir plus

  • Cisjordanie : les États-Unis exhortent Israël à renoncer aux expropriations

    En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

  • Et si la France vendait la Joconde pour éponger ses dettes ?

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Le pape organise un "match pour la paix" avec des stars du foot

    En savoir plus

  • Le Premier ministre de retour au Lesotho après un "coup d'État"

    En savoir plus

Afrique

Des rebelles des FDLR auraient tué des civils hutus, selon HRW

Vidéo par Arnaud ZAJTMAN

Texte par Clea CAULCUTT

Dernière modification : 17/02/2009

D'après l'ONG Human Rights Watch, des rebelles hutus des FDLR, traqués par une opération militaire congo-rwandaise, chercheraient à intimider les populations locales. Au moins 100 civils auraient été tués.

Qui sont les FDLR et pourquoi s’en sont-ils pris à des civils ?

 

Anneka Van Woudenberg : Les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) sont des miliciens rwandais hutus qui se sont établis il y a quinze ans dans les collines du Nord-Kivu, en RDC. La plupart d’entre eux ont pris part au génocide au Rwanda en 1994. Ces derniers mois, ils ont attaqué des civils hutus avec lesquels ils étaient contraints de vivre et qu’ils accusent de les avoir trahis. On estime que plus de 100 personnes ont trouvé la mort dans ces affrontements. Cela faisait longtemps qu’on n’avait pas vu un tel niveau de violence.

 

Pourquoi des Hutus attaqueraient-ils d’autres Hutus ?

 
A.V.W. : Depuis l’accord entre les responsables de la RDC et du Rwanda en janvier dernier, l’armée congolaise s’est mise à traquer les milices hutues. C’est un exemple classique de changement d’alliance, suivant le modèle "les ennemis de mes amis sont mes ennemis". L’armée congolaise et les forces de défense rwandaises ont lancé une opération commune contre les milices hutues. Sous un accès de colère, les miliciens du FDLR se sont mis à tuer des civils.

 

J’ajoute que, bien que l’opération contre les milices hutues du FDLR soit menée conjointement par la RDC et le Rwanda, la plupart des militaires sur le terrain sont Rwandais et Tutsis. Ces hommes attendent depuis longtemps de pouvoir prendre leur revanche sur les Hutus. Les FDLR ont alors empêché des civils de fuir et s’en sont servis comme bouclier humain.  

 

Comment pouvez-vous affirmer que les tueries ont été perpétrées par des milices hutues et non par d’autres groupes armés de la région ?

 

A.V.W. : Nous avons interrogé des dizaines de témoins et de victimes qui fuyaient les zones de combats et se rendaient dans les camps de réfugiés à proximité de la ville de Goma. Ils savent très bien reconnaître les membres du FDLR, puisqu’ils ont habité ensemble durant des années. Nous avons entendu des récits bouleversants. Les miliciens hutus auraient organisé des réunions publiques, où ils accusaient la population civile de les avoir trahis. Ils leur ont dit qu’ils tenaient les civils pour responsables de la situation et qu’ils affûtaient leurs armes. Les civils ne savaient pas où aller, ils ont fui sur les routes, à travers les collines, avec la peur de se faire tuer. Ces témoignages nous sont donc parvenus au compte-gouttes.

Première publication : 13/02/2009

COMMENTAIRE(S)