Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Afrique

Des rebelles des FDLR auraient tué des civils hutus, selon HRW

Vidéo par Arnaud ZAJTMAN

Texte par Clea CAULCUTT

Dernière modification : 17/02/2009

D'après l'ONG Human Rights Watch, des rebelles hutus des FDLR, traqués par une opération militaire congo-rwandaise, chercheraient à intimider les populations locales. Au moins 100 civils auraient été tués.

Qui sont les FDLR et pourquoi s’en sont-ils pris à des civils ?

 

Anneka Van Woudenberg : Les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) sont des miliciens rwandais hutus qui se sont établis il y a quinze ans dans les collines du Nord-Kivu, en RDC. La plupart d’entre eux ont pris part au génocide au Rwanda en 1994. Ces derniers mois, ils ont attaqué des civils hutus avec lesquels ils étaient contraints de vivre et qu’ils accusent de les avoir trahis. On estime que plus de 100 personnes ont trouvé la mort dans ces affrontements. Cela faisait longtemps qu’on n’avait pas vu un tel niveau de violence.

 

Pourquoi des Hutus attaqueraient-ils d’autres Hutus ?

 
A.V.W. : Depuis l’accord entre les responsables de la RDC et du Rwanda en janvier dernier, l’armée congolaise s’est mise à traquer les milices hutues. C’est un exemple classique de changement d’alliance, suivant le modèle "les ennemis de mes amis sont mes ennemis". L’armée congolaise et les forces de défense rwandaises ont lancé une opération commune contre les milices hutues. Sous un accès de colère, les miliciens du FDLR se sont mis à tuer des civils.

 

J’ajoute que, bien que l’opération contre les milices hutues du FDLR soit menée conjointement par la RDC et le Rwanda, la plupart des militaires sur le terrain sont Rwandais et Tutsis. Ces hommes attendent depuis longtemps de pouvoir prendre leur revanche sur les Hutus. Les FDLR ont alors empêché des civils de fuir et s’en sont servis comme bouclier humain.  

 

Comment pouvez-vous affirmer que les tueries ont été perpétrées par des milices hutues et non par d’autres groupes armés de la région ?

 

A.V.W. : Nous avons interrogé des dizaines de témoins et de victimes qui fuyaient les zones de combats et se rendaient dans les camps de réfugiés à proximité de la ville de Goma. Ils savent très bien reconnaître les membres du FDLR, puisqu’ils ont habité ensemble durant des années. Nous avons entendu des récits bouleversants. Les miliciens hutus auraient organisé des réunions publiques, où ils accusaient la population civile de les avoir trahis. Ils leur ont dit qu’ils tenaient les civils pour responsables de la situation et qu’ils affûtaient leurs armes. Les civils ne savaient pas où aller, ils ont fui sur les routes, à travers les collines, avec la peur de se faire tuer. Ces témoignages nous sont donc parvenus au compte-gouttes.

Première publication : 13/02/2009

COMMENTAIRE(S)