Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

  • Ce qu’il faut savoir sur les fonds "vautours" qui ont mis l’Argentine à genoux

    En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • Un rassemblement pro-israélien organisé ce jeudi à Paris

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

Afrique

Des rebelles des FDLR auraient tué des civils hutus, selon HRW

Vidéo par Arnaud ZAJTMAN

Texte par Clea CAULCUTT

Dernière modification : 17/02/2009

D'après l'ONG Human Rights Watch, des rebelles hutus des FDLR, traqués par une opération militaire congo-rwandaise, chercheraient à intimider les populations locales. Au moins 100 civils auraient été tués.

Qui sont les FDLR et pourquoi s’en sont-ils pris à des civils ?

 

Anneka Van Woudenberg : Les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) sont des miliciens rwandais hutus qui se sont établis il y a quinze ans dans les collines du Nord-Kivu, en RDC. La plupart d’entre eux ont pris part au génocide au Rwanda en 1994. Ces derniers mois, ils ont attaqué des civils hutus avec lesquels ils étaient contraints de vivre et qu’ils accusent de les avoir trahis. On estime que plus de 100 personnes ont trouvé la mort dans ces affrontements. Cela faisait longtemps qu’on n’avait pas vu un tel niveau de violence.

 

Pourquoi des Hutus attaqueraient-ils d’autres Hutus ?

 
A.V.W. : Depuis l’accord entre les responsables de la RDC et du Rwanda en janvier dernier, l’armée congolaise s’est mise à traquer les milices hutues. C’est un exemple classique de changement d’alliance, suivant le modèle "les ennemis de mes amis sont mes ennemis". L’armée congolaise et les forces de défense rwandaises ont lancé une opération commune contre les milices hutues. Sous un accès de colère, les miliciens du FDLR se sont mis à tuer des civils.

 

J’ajoute que, bien que l’opération contre les milices hutues du FDLR soit menée conjointement par la RDC et le Rwanda, la plupart des militaires sur le terrain sont Rwandais et Tutsis. Ces hommes attendent depuis longtemps de pouvoir prendre leur revanche sur les Hutus. Les FDLR ont alors empêché des civils de fuir et s’en sont servis comme bouclier humain.  

 

Comment pouvez-vous affirmer que les tueries ont été perpétrées par des milices hutues et non par d’autres groupes armés de la région ?

 

A.V.W. : Nous avons interrogé des dizaines de témoins et de victimes qui fuyaient les zones de combats et se rendaient dans les camps de réfugiés à proximité de la ville de Goma. Ils savent très bien reconnaître les membres du FDLR, puisqu’ils ont habité ensemble durant des années. Nous avons entendu des récits bouleversants. Les miliciens hutus auraient organisé des réunions publiques, où ils accusaient la population civile de les avoir trahis. Ils leur ont dit qu’ils tenaient les civils pour responsables de la situation et qu’ils affûtaient leurs armes. Les civils ne savaient pas où aller, ils ont fui sur les routes, à travers les collines, avec la peur de se faire tuer. Ces témoignages nous sont donc parvenus au compte-gouttes.

Première publication : 13/02/2009

COMMENTAIRE(S)