Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Finlande : les populistes au gouvernement?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Chamfort, retour de l'éternel dandy de la chanson française!

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Éthiopie : le défi vert

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

David Cameron vs Ed Miliband : le match des programmes

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Pour Cécile Kyenge, la demande d'asile en Europe doit être simplifiée

En savoir plus

BILLET RETOUR

Chine : sept ans après le séisme au Sichuan, les questions restent en suspens

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Maréma, nouvelle voix du Sénégal

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La guerre des Le Pen

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Bas les pattes !"

En savoir plus

Economie

Le G7 s'engage à ne pas céder au protectionnisme

Dernière modification : 14/02/2009

Les ministres des Finances et les banquiers centraux du G7 sont réunis à Rome pour définir des lignes d'action commune face à la crise. L'économie mondiale est en "profonde récession", a estimé Dominique Strauss-Kahn, à la tête du FMI.

AFP - Les grands argentiers du G7 ont pour "plus haute priorité" la "stabilisation de l'économie mondiale et des marchés financiers" et s'engagent à ne pas céder au protectionnisme, selon un projet de communiqué final, obtenu samedi par l'AFP auprès d'une délégation.

"La stabilisation de l'économie mondiale et des marchés financiers reste notre plus haute priorité", indique ce projet de communiqué des ministres des Finances et les banquiers centraux des sept pays les plus riches (Etats-Unis, Japon, Allemagne, Grande-Bretagne, France, Italie, Canada), réunis à Rome.

"Nous avons pris collectivement des mesures exceptionnelles pour répondre à ces défis et nous assurons notre engagement à agir ensemble en utilisant une palette complète d'outils politiques pour soutenir la croissance et l'emploi et renforcer le secteur financier", poursuit le texte.

Les ministres des Finances du G7 s'engagent aussi à ne pas céder au protectionnisme, alors que les Etats-Unis, à cause de la clause "Buy American" (achetez américain) contenue un temps dans le plan de relance, et la France, pour ses aides au secteur de l'automobile, ont été très critiqués.

Le G7 "reste engagé à éviter des mesures protectionnistes et à ne pas ériger de nouvelles barrières", selon le projet de communiqué qui peut encore être modifié d'ici la fin de la réunion vers 14H30 (13H30 GMT).

Première publication : 14/02/2009

COMMENTAIRE(S)