Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Première nomination d'une femme au sein du gouvernement

Dernière modification : 16/02/2009

Le roi Abdallah d'Arabie saoudite a nommé Noura al-Fayez au poste de vice-ministre de l'Éducation. C'est la première fois dans l'histoire du royaume wahhabite qu'une femme entre au gouvernement.

AFP - Noura al-Fayez, devenue ce weekend la première femme à entrer au gouvernement en Arabie saoudite, voit sa nomination comme un progrès pour toutes les Saoudiennes dans ce pays ultraconservateur.

Mme Fayez, 52 ans, qui a fait carrière dans le secteur de l'enseignement, a été nommée vice-ministre de l'Education pour les affaires des filles, dans le cadre d'un remaniement ministériel décidé samedi par le roi Abdallah, réputé pour sa volonté d'introduire des réformes.

"C'est une heureuse initiative. Nous avons longtemps souffert qu'un homme occupe ce poste", a-t-elle dit dans une déclaration publiée par le quotidien Arab News.

"La femme connaît les problèmes et les défis que rencontrent ses concitoyennes. C'est un changement vers une meilleure situation", a-t-elle ajouté.

Le wahhabisme, une interprétation puritaine de l'islam en vigueur en Arabie saoudite, impose une stricte séparation des sexes et interdit à la femme de travailler, voyager, se marier ou d'avoir accès aux services médicaux sans l'autorisation d'un membre masculin de la famille.

Cela entravait l'accession de femmes à de hautes fonctions dans un pays où des sections séparées sont réservées aux femmes dans l'administration ou les banques par exemple.

L'entrée de Mme Fayez au gouvernement a été perçue comme une percée, mais à faire suivre d'autres mesures de promotion des femmes à des responsabilités sociales.

"C'est une source de fierté pour toutes les femmes", a-t-elle dit dans la presse, ajoutant que cette mesure témoignait de la volonté du roi Abdallah, 84 ans, de procéder à la nomination ultérieure d'autres femmes à de hautes fonctions.

Cette mesure "n'est nullement suffisante pour les postes, notamment de décision, que les femmes devraient occuper dans le royaume", a estimé la militante et universitaire saoudienne, Hatoun Fassi.

"Une seule femme, ce n'est pas assez (...), même si c'est un pas important dans la bonne direction", a-t-il ajouté à l'AFP.

Mme Fayez a fait carrière dans le secteur saoudien de l'éducation des filles. Diplômée en 1978 en sociologie de l'université Roi Saoud, elle a obtenu en 1982 un master en éducation de l'Utah State University, aux Etats-Unis.

Elle a ensuite travaillé au département de l'enseignement de filles au ministère de l'Education et dans les écoles privées, avant de passer dans l'Institut de l'administration publique où elle était en poste jusqu'à sa nouvelle nomination.

Mariée, Mme Fayez est mère de cinq enfants, trois garçons et deux filles.

"C'est l'occasion de faire des recommandations pour renforcer la position de la femme", a indiqué une experte en droit, Nawal al-Mazem, dans le quotidien al-Riyadh.

La nomination de Mme Fayez "ouvre la voie aux Saoudiennes pour occuper de hautes fonctions dans le gouvernement", a estimé une autre experte, Asmaa al-Ghanim, dans Al-Riyadh.
 

Première publication : 14/02/2009

COMMENTAIRE(S)