Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: présercer son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait pas d'ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

Moyen-Orient

Livni refuse que le Likoud dirige une coalition

Dernière modification : 16/02/2009

Le parti centriste Kadima, dirigé par la chef de la diplomatie israélienne Tzipi Livni, a menacé dimanche de passer à l'opposition s'il n'obtenait pas une rotation du pouvoir avec le Likoud de Netanyahu.

Reuters - Tzipi Livni, ministre israélienne des affaires étrangères, a fait savoir dimanche au Premier ministre sortant Ehud Olmert que son parti Kadima ne se joindrait à aucun gouvernement de coalition dirigé par Benjamin Netanyahu, chef du Likoud connu sous le sobriquet de Bibi. "Je n'ai nullement l'intention de participer à un gouvernement d'union nationale dirigé par Bibi. Et ne fais pas accroire ça", a-t-elle écrit dans un billet transmis à Olmert en plein conseil des ministres et tombé sous l'oeil des caméras.
 

Ce billet semble fixer les contours d'une période de tractations politiques qui pourrait s'étendre sur des semaines du fait que les élections législatives de mardi dernier n'ont pas produit de résultat décisif.
 
Peu après la fin du scrutin, Livni et Netanyahu ont tous deux revendiqué le poste de Premier ministre, accentuant l'incertitude qui entoure les choix d'Israël après la guerre du mois dernier dans la bande de Gaza et son attitude dans les négociations de paix avec les Palestiniens.

Kadima a obtenu 28 sièges sur 120 à la Knesset (parlement) et le Likoud 27, mais un bloc de droite très renforcé a émergé du scrutin, ce qui donne un avantage à Netanyahu pour réunir une majorité de gouvernement.
 
La télévision israélienne est autorisée à filmer le début des réunions du cabinet, et les caméras ont filmé Livni en train de rédiger sa note à Olmert. Le texte en était parfaitement lisible lors de sa diffusion dans les émissions de télévision.
 


S'adressant un peu plus tard aux députés de Kadima, Livni a déclaré que son parti méritait de gouverner, sans toutefois exclure qu'il se retrouve dans l'opposition.

"Nul besoin d'être un génie en mathématiques pour comprendre que 28 sièges, c'est plus que 27, a-t-elle dit. Nous resterons au service du public, soit en formant le gouvernement comme l'a voulu le public, soit, s'il le faut, dans l'opposition."

Une fois les résultats électoraux officialisés mercredi, le président Shimon Peres entamera des consultations avec les dirigeants de parti en vue de désigner celui ou celle à qui il demandera de former une coalition gouvernementale.
 
Le dirigeant de parti qu'il aura choisi disposera de 42 jours pour mettre sur pied un gouvernement.

Première publication : 15/02/2009

COMMENTAIRE(S)