Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Crimes de guerre"

En savoir plus

MODE

La haute couture, de l’art au business

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité : colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la Défense camerounais

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le F-35 grand absent de Farnborough

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Collectif"

En savoir plus

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

  • En direct : le défilé du 14-Juillet sur les Champs-Élysées

    En savoir plus

  • EN IMAGES : les meilleurs moments du Mondial

    En savoir plus

  • Scènes de liesse à Berlin, tristesse et violences à Buenos Aires

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien entaché de heurts

    En savoir plus

  • La délicate opération de renflouement du Costa Concordia a commencé

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : le Français Paul Pogba élu meilleur jeune joueur

    En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

Moyen-Orient

Des milliers de personnes ont rendu hommage à Rafic Hariri

©

Vidéo par Karim YAHIAOUI

Dernière modification : 15/02/2009

Des centaines de milliers de Libanais ont rendu hommage à l'ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri, assassiné il y a quatre ans. Dans deux semaines, un tribunal spécial, chargé de faire la lumière sur son meurtre, s'ouvre à La Haye.

AFP - Des centaines de milliers de Libanais ont marqué samedi à Beyrouth le 4e anniversaire de l'assassinat de l'ex-Premier ministre Rafic Hariri, un ralliement qui a pris une tournure électorale à moins de quatre mois de législatives cruciales.
   
Ce rassemblement, organisé deux semaines avant l'ouverture du tribunal international chargé de juger les futurs inculpés dans l'assassinat de M. Hariri, s'est tenu sous haute surveillance de l'armée et des forces de sécurité intérieure.
   
Avant et après celui-ci, des incidents ont toutefois éclaté entre des partisans de la majorité et de la minorité, dans des quartiers de l'ouest de Beyrouth, selon un responsable des services de sécurité.
   
Les sympathisants des deux bords se sont lancé des pierres, d'autres ont utilisé des bâtons, blessant légèrement quelques personnes.
   
Durant le rassemblement, Saad Hariri, fils du dirigeant défunt et l'un des piliers de la majorité parlementaire antisyrienne, a notamment pris la parole.
   
"L'heure de la vérité et de la justice a sonné et la vérité frappera aux portes de tous ceux qui ont participé à la série de crimes qui s'est abattue sur le Liban", a-t-il lancé à la foule.
   
Premier ministre sous la tutelle syrienne devenu opposant à l'hégémonie de  Damas au Liban, Rafic Hariri, richissime homme d'affaires à la stature internationale, a été tué le 14 février 2005 avec 22 autres personnes dans un attentat à la camionnette piégée au coeur de Beyrouth.
   
Samedi, dans une ambiance festive où slogans politiques se sont mêlés aux danses populaires et chants patriotiques, des centaines de milliers de personnes ont convergé vers la place des Martyrs, sur le front de mer, pour lui rendre hommage, selon les correspondants de l'AFP.
   
Les partisans en provenance de différentes régions portaient des photos de candidats aux législatives du 7 juin.
   
Le rassemblement s'est transformé en une mobilisation populaire en faveur de la majorité face à la minorité menée par le Hezbollah chiite soutenue par Damas et Téhéran.
   
"Le 7 juin sera notre rendez-vous avec la décision libre, la voix libre, la patrie libre", a affirmé Saad Hariri, appelant à l'envoi d'observateurs arabes et internationaux.
   
"Les prochaines élections seront un choix entre notre camp qui veut la liberté, la souveraineté et l'indépendance et l'autre camp qui veut le retour de la tutelle", a affirmé l'ex-président de la République Amine Gemayel, en référence au contrôle exercé par la Syrie pendant 29 ans sur son petit voisin.
   
"En ce jour, nous vous promettons que nous allons sortir vainqueurs dans cette échéance", a-t-il poursuivi.
   
"Les élections approchent et ceci (le rassemblement) est une preuve de notre légitimité", a affirmé à l'AFP Akram Chehayeb, député de la majorité.
   
"Nous sommes ici pour le mouvement du 14 mars (bloc des formations de la majorité antisyrienne). Nous remporterons les élections", a lancé un participant, Joseph Saleh, 19 ans.
   
Les travaux du Tribunal spécial pour le Liban doivent commencer le 1er mars dans une banlieue de La Haye.
   
Dans un message diffusé lors du rassemblement, l'ex-président français Jacques Chirac, ami personnel du dirigeant assassiné, a exprimé son "respect" "pour tout ce qu'il (Rafic Hariri) incarnait".
   
La majorité accuse la Syrie d'avoir commandité l'assassinat de M. Hariri.
   
Damas, contraint de retirer ses troupes du Liban après ce drame, nie toute implication.

Première publication : 15/02/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)