Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

"La France est au bord d’une situation très dure"

En savoir plus

POLITIQUE

"L’intérêt fondamental de Poutine, c’est de se rapprocher de l’Europe"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le festival de la BD d’Angoulême sous le signe de "Charlie Hebdo"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Les mutuelles ne gagnent pas d'argent !"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : 35 militants indépendantistes basques devant la justice

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hezbollah : vers une nouvelle guerre ? (partie 2)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Tempête Juno aux États-Unis : la "snowcalypse" n'a pas eu lieu

En savoir plus

REPORTERS

Centrafrique, le convoi de l’espoir

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Panique boursière à Athènes

En savoir plus

Accord pour appliquer la charia dans les zones tribales

Vidéo par Matthieu MABIN

Dernière modification : 17/02/2009

Les dirigeants islamistes ont conclu un accord avec le gouvernement pakistanais pour faire appliquer la charia, la loi islamique, dans la vallée de Swat, dans le nord-ouest du pays, région tombée aux mains des Taliban pakistanais.

AFP - Le gouvernement du Pakistan et des leaders islamistes ont conclu lundi un accord qui prévoit l'application de la charia, la loi islamique, dans la vallée de Swat, dans le nord-ouest, où l'armée combat les fondamentalistes, a indiqué un ministre provincial.

"Un accord a été signé entre le gouvernement de la Province de la Frontière du Nord-Ouest (NWFP) et le maulana Soofi Mohammed", a déclaré à la presse à Peshawar (nord-ouest) le ministre provincial de l'Information, Mian Iftikhar Hussain.

"Toutes les lois contraires à la charia seront abolies et la justice sera appliquée en vertu de la charia", a-t-il ajouté.

Cet accord est applicable au district de Malakand, dans lequel est située la vallée de Swat, autrefois le site touristique le plus prisé du Pakistan avant de tomber aux mains des talibans pakistanais, que l'armée tente de repousser depuis l'été.

Première publication : 16/02/2009

COMMENTAIRE(S)