Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Yasmina Khadra, amoureux de Cuba

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Dilma Roussef : discours émouvant, mais sans plus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Présidentielle 2017 : "des patrons sans illusion"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Dissimulation fiscale : Apple pourrait écoper d’une amende record

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Jean-Pierre Chevènement embourbé dans les gaffes

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libreville retient son souffle dans l'attente des résultats de la présidentielle

En savoir plus

LE DÉBAT

"Islam de France" : l'équation à résoudre du gouvernement (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

"Islam de France" : l'équation à résoudre du gouvernement (partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Puppa Lek Sen, héritier du reggae africain

En savoir plus

EUROPE

Les Irlandais seraient prêts à adopter le traité de Lisbonne

Dernière modification : 16/02/2009

Selon un sondage publié ce lundi, les Irlandais seraient 51 % aujourd'hui à approuver le traité européen de Lisbonne si un nouveau référendum était organisé. En juin 2008, le texte avait été rejeté par 53,4 % des votants.

AFP - Les Irlandais, frappés de plein fouet par la crise économique internationale, seraient aujourd'hui 51% à approuver le traité européen de Lisbonne, rejeté par 53,4% lors du référendum organisé en juin 2008 dans leur pays, selon un sondage à paraître lundi.
  
Le taux d'approbation du traité de Lisbonne a augmenté de huit points depuis la dernière enquête d'opinions menée par TNS mrbi et publiée en novembre par le quotidien The Irish Times.
  
Parmi les personnes interrogées, environ 33% (moins six points) ont déclaré vouloir voter non au traité si un nouveau référendum était organisé et 16% (moins deux points) restaient indécis.
  
Si on exclut les indécis du sondage, on obtient 60,7% de oui et 39,3% de non.
  
Au référendum organisé le 12 juin 2008, les Irlandais avaient rejeté à 53,4% le traité de Lisbonne, approuvé par 46,6% des électeurs, ce qui a provoqué une crise au sein de l'Union européenne (UE) dont l'évolution des structures reste bloquée.
  
Le gouvernement irlandais a accepté d'organiser un second vote, à une date non encore précisée, après avoir notamment obtenu la garantie de conserver un commissaire européen irlandais à Bruxelles.
  
La crise financière et économique internationale, ressentie en Irlande dès la première moitié de l'année 2008, a renforcé le soutien des Irlandais à l'UE. Ils sont 80% à juger qu'à la lumière de la crise, leur pays est mieux à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'Union. 13% pensent le contraire et 7% sont sans opinion.
  
Ce sondage a été mené les 9 et 10 février sur un échantillon représentatif de 1.000 électeurs. Il a une marge d'erreur de 3%.
  
Une autre enquête publiée le 1er février par le Sunday Business Post indiquait que 58% des personnes interrogées approuvaient le texte de réforme des institutions européennes, 28% y étaient opposées et 14% étaient indécises.

Première publication : 16/02/2009

COMMENTAIRE(S)