Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Marine Le Pen et Emmanuel Macron ou le bras de fer de la communication politique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Marcus Miller sur la scène du festival de jazz de St Louis

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine le Pen et Emmanuel Macron face aux salariés de Whirlpool

En savoir plus

FOCUS

Tchétchénie : des homosexuels persécutés se confient

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Django", "Aurore", "Après la tempête" : les sorties ciné de la semaine

En savoir plus

FACE À FACE

Présidentielle 2017 : deux France en duel

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, le président du renoncement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump déclare une guerre commerciale au Canada

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Marine Le Pen, comme si de rien n'était"

En savoir plus

EUROPE

Les Irlandais seraient prêts à adopter le traité de Lisbonne

Dernière modification : 16/02/2009

Selon un sondage publié ce lundi, les Irlandais seraient 51 % aujourd'hui à approuver le traité européen de Lisbonne si un nouveau référendum était organisé. En juin 2008, le texte avait été rejeté par 53,4 % des votants.

AFP - Les Irlandais, frappés de plein fouet par la crise économique internationale, seraient aujourd'hui 51% à approuver le traité européen de Lisbonne, rejeté par 53,4% lors du référendum organisé en juin 2008 dans leur pays, selon un sondage à paraître lundi.
  
Le taux d'approbation du traité de Lisbonne a augmenté de huit points depuis la dernière enquête d'opinions menée par TNS mrbi et publiée en novembre par le quotidien The Irish Times.
  
Parmi les personnes interrogées, environ 33% (moins six points) ont déclaré vouloir voter non au traité si un nouveau référendum était organisé et 16% (moins deux points) restaient indécis.
  
Si on exclut les indécis du sondage, on obtient 60,7% de oui et 39,3% de non.
  
Au référendum organisé le 12 juin 2008, les Irlandais avaient rejeté à 53,4% le traité de Lisbonne, approuvé par 46,6% des électeurs, ce qui a provoqué une crise au sein de l'Union européenne (UE) dont l'évolution des structures reste bloquée.
  
Le gouvernement irlandais a accepté d'organiser un second vote, à une date non encore précisée, après avoir notamment obtenu la garantie de conserver un commissaire européen irlandais à Bruxelles.
  
La crise financière et économique internationale, ressentie en Irlande dès la première moitié de l'année 2008, a renforcé le soutien des Irlandais à l'UE. Ils sont 80% à juger qu'à la lumière de la crise, leur pays est mieux à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'Union. 13% pensent le contraire et 7% sont sans opinion.
  
Ce sondage a été mené les 9 et 10 février sur un échantillon représentatif de 1.000 électeurs. Il a une marge d'erreur de 3%.
  
Une autre enquête publiée le 1er février par le Sunday Business Post indiquait que 58% des personnes interrogées approuvaient le texte de réforme des institutions européennes, 28% y étaient opposées et 14% étaient indécises.

Première publication : 16/02/2009

COMMENTAIRE(S)