Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Asie - pacifique

Le procès du Khmer rouge "Douch", "un témoignage essentiel"

Vidéo par Cyril PAYEN

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 17/02/2009

Kaing Guek Eav est le premier haut dirigeant khmer rouge à répondre de ses actes devant la justice internationale. "Douch" était le directeur du centre d'interrogatoires S-21, où plus de 15 000 personnes périrent.

Procès historique d’un "criminel de guerre ordinaire" ou justice tardive pour un bourreau hors-norme ? Les avis sur l’importance dans la machine Khmer rouge de Kaing Guek Eav, surnommé "Douch" (prononcez "Doïk"), divergent, tout comme ceux sur la valeur de son procès qui s’ouvre le 17 février devant les CECC (Chambres extraordinaires des cours du Cambodge), tribunal hybride installé à Phnom Penh et soutenu par les Nations unies.
 

 

 

Trente ans après la chute du régime meurtrier de Pol Pot (1975-1979), la comparution de celui qui a dirigé pendant deux ans le centre d'interrogatoires Tuol Sleng, aussi appelé S-21, est le coup d’envoi d’une série de procès internationaux qui se veulent les héritiers de Nuremberg, des TPI pour l’ex-Yougoslavie et pour le Rwanda. "Douch" est le premier haut responsable Khmer rouge à répondre de ses actes devant la justice internationale. Il est poursuivi (PDF en anglais) pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre, viols et actes de torture. Près de 16 000 personnes ont été internées dans le centre de détention qu’il dirigeait et seulement entre 10 et 14 prisonniers ont survécu. "Son témoignage est essentiel pour corroborer nos connaissances qui sont encore très académiques", explique à FRANCE 24 Beth Van Schaack, professeur associé de droit à l'université de Santa Clara et auteure de "Juger les Khmers rouges".
 

"Ses remords sont inédits"
 

Lorsque cet ancien instituteur de 66 ans a été retrouvé, il était passé du "polpotisme" ardent au christianisme repentant. Des cinq dirigeants Khmers rouge à être poursuivis devant les CECC, il est le seul à avoir reconnu ses crimes. "Il va plaider coupable et les preuves sont accablantes, il devrait être condamné à la prison à vie", explique Beth Van Schaack. "Sa personnalité intrigue, son revirement spirituel et ses remords sont inédits", poursuit-elle.
 

Mais d’autres relativisent l’importance de ce procès. "Il n’y a pas de grandes surprises à attendre, il a avoué, l’affaire devrait être réglée en quelques jours", résume Peter Maguire, auteur de "Facing death in Cambodia", et l’un des premiers étrangers à avoir visité le centre d'interrogatoires S-21. Pour lui, Kaing Guek Eav est "méticuleux, académique et très organisé, un criminel de guerre ordinaire". Rien à voir avec Khieu Samphan, Président du Présidium d'État du Cambodge et fondateur de l’Anghkar - l’organe suprême du régime des Khmers rouge -, actuellement en attente de son procès. Tout le monde attend cependant que "Douch" apporte de l’eau au moulin des procureurs pour asseoir l’accusation contre les autres prévenus. "On peut espérer que ce soit une bonne mise en bouche", confirme Peter Maguire.
 

 

 

Le tribunal lui-même fait l’objet de débats. Beth Van Schaack résume l’opinion générale : "Ce genre de justice est un élément important de tout travail de transition politique." Le problème est qu’une part importante de Cambodgiens n’a pas conscience de l’événement. "Le niveau d’éducation de la population n’est pas très élevé et pour la majorité réussir à avoir deux repas par jour est autrement plus important", tempère Peter Maguire. Tout se passe comme si la communauté internationale se réjouit d’avoir enfin réussi à mettre en place ce tribunal, tandis que les Cambodgiens ont des priorités plus urgentes à régler.

Première publication : 17/02/2009

COMMENTAIRE(S)