Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande le saoudien

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : un juge de la Cour constitutionnnelle en fuite au 9è jour de contestation dans le pays

En savoir plus

FOCUS

Argentine : OGM et pesticide, un tandem toxique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Maréma, nouvelle voix du Sénégal

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Meriam Rhaiem : "Il voulait faire de ma fille une future endoctrinée"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Ethiopie: le défi vert

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Pour Cécile Kyenge, la demande d'asile en Europe doit être simplifiée

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Handicap : l'Europe à la traîne ?

En savoir plus

LIGNE DIRECTE

Étudiants d'Abidjan, la colère gronde

En savoir plus

Amériques

Les opposants de Chavez restent mobilisés

Dernière modification : 17/02/2009

Alors que la victoire du "oui" au référendum vénézuelien a ouvert la voie à une éventuelle réélection d'Hugo Chavez, ses opposants - qui n'avaient jamais mobilisé autant d'électeurs - ont promis de ne pas baisser la garde.

AFP - Les Vénézuéliens ont renouvelé leur confiance au président Hugo Chavez en votant "oui" au référendum lui permettant de se représenter en 2012, mais ses opposants, qui n'avaient jamais mobilisé autant d'électeurs, ont promis lundi de ne pas baisser la garde.

L'amendement constitutionnel permettant au président - ainsi qu'à l'ensemble des titulaires de mandats électifs - de se représenter autant de fois qu'il le souhaite l'a emporté avec 54,36% des suffrages, selon des résultats partiels publiés dimanche soir par le Conseil national électoral (CNE).

"C'est une victoire nette du peuple, (...) de la révolution", s'est félicité Hugo Chavez.

Mais l'opposition s'est empressée de souligner qu'elle n'avait pas à rougir du résultat. En obtenant 45,63% des voix, elle a dépassé, "pour la première fois (depuis l'arrivée au pouvoir du président socialiste en 1999, ndlr), la barre des cinq millions de voix", a souligné lundi Luis Ignacio Planas, secrétaire général du mouvement démocrate chrétien Copei.

"Nous avons lutté contre (...) toutes les structures de l'Etat", mises au service de la campagne du oui, a dénoncé le dirigeant, affirmant que le seul bénéficiaire de l'amendement était le président, alors que le pays restait confronté "à l'insécurité, au chômage, à l'inflation".

"Une part importante du pays ne s'est pas pliée", s'est aussi félicité le maire d'opposition de Caracas, Antonio Ledezma.

La règle en vigueur jusqu'à présent n'autorisait pas plus de deux mandats consécutifs, ce qui aurait obligé Hugo Chavez à quitter le pouvoir à l'issue de son deuxième mandat, début 2013.

Le 2 décembre 2007, les Vénézuéliens avaient rejeté une réforme de la Constitution d'inspiration socialiste qui prévoyait déjà la possibilité de réélire le président au-delà de deux mandats de six ans.

La campagne de 2009 s'est centrée sur son bilan et sa personne, les chavistes soulignant les progrès réalisés en matière de santé et d'éducation, tandis que l'opposition dénonçait l'insécurité, la corruption et l'inflation.

Le président Hugo Chavez s'est engagé dimanche à s'attacher aussi à ces sujets, en particulier l'insécurité, première préoccupation de ses concitoyens.

Mais il risque de voir sa marge de manoeuvre réduite alors que les difficultés économiques s'amoncellent.

Selon ses opposants, le référendum a d'ailleurs été organisé comme une course contre la montre, avant que ne soufflent des vents plus défavorables.

Les cours du pétrole, principale ressource de l'Etat, ne dépassent plus 35 dollars le baril alors qu'ils avaient atteint 13O dollars en 2008 et que le budget de l'Etat était calculé sur la base d'un baril à 60 dollars pour 2009.

A moyen terme, les experts prédisent des ajustements sévères, avec des réductions des dépenses publiques et une dévaluation du bolivar, incontournable alors que l'inflation a dépassé 30% en 2008.

"Les extraordinaires ressources financières dont dispose Hugo Chavez ne dureront pas au-delà de 2009 et il devra faire des ajustements en 2010, car les prix du pétrole ne vont pas se redresser. Et cela aura un impact sur sa popularité", déclare à l'AFP l'économiste Asdrúbal Oliveros.

Ces données ne manqueront pas de peser sur les élections législatives de 2010.

A l'étranger, la discrétion a prévalu après la victoire du "oui", sauf à Cuba, où le quotidien Granma, organe du régime communiste titrait "Oui à Chavez et à la poursuite de la Révolution". L'Union européenne a "pris note" du résultat.

Première publication : 17/02/2009

COMMENTAIRE(S)