Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

EUROPE

Les députés tchèques approuvent le traité de Lisbonne

Vidéo par Pierrick LEURENT

Dernière modification : 18/02/2009

Les députés tchèques ont approuvé le traité de Lisbonne, première étape en vue d'une éventuelle ratification par les 27 États membres de l'Union européenne. Le texte doit désormais être examiné au Sénat.

AFP - Les députés tchèques ont approuvé mercredi le traité de Lisbonne, première étape d'une ratification plusieurs fois retardée dans le pays qui préside actuellement l'UE.

"La chambre basse du Parlement tchèque a donné son accord à la ratification du Traité de Lisbonne", a annoncé à l'issue du vote le vice-président de la chambre des députés, le social-démocrate Lubomir Zaoralek.

Sur les 197 députés présents dans la chambre de 200 sièges, 125 ont voté pour et 61 contre, soit cinq voix de plus que la majorité requise des 3/5 (120 voix).

"Cet accord représente une étape essentielle dans le processus de ratification (...), une étape responsable qui a été précédée d'une discussion démocratique approfondie", a déclaré le vice-premier ministre en charge des Affaires européennes, Alexandr Vondra dans un communiqué au nom de la présidence tchèque de l'UE.

La République tchèque était le dernier pays des 27 à ne pas s'être encore prononcé sur le Traité de Lisbonne.

Au niveau européen, la réforme des institutions reste suspendue au nouveau référendum que l'Irlande envisage d'organiser dans les mois prochains après le +non+ prononcé en juin dernier.

Comme les autres pays européens, les Tchèques ont pour leur part choisi la voie parlementaire.

Après deux reports du vote en décembre et en janvier, le Traité a finalement été approuvé mercredi par la moité des élus du parti libéral ODS du Premier ministre Mirek Topolanek, par leurs partenaires de coalition, les chrétiens-démocrates (KDU-CSL) et les Verts, ainsi que par l'opposition social démocrate (CSSD).

L'autre moitié des députés ODS ont voté contre, tout comme une majorité écrasante des élus communistes (KSCM, opposition). Ces derniers réclamaient, en vain, la tenue d'une consultation nationale sur le Traité de Lisbonne.

Les sénateurs doivent désormais se prononcer, puis il faudra que le très eurosceptique président tchèque Vaclav Klaus accepte de signer le texte.

La chambre haute du Parlement pourrait se pencher sur le Traité de Lisbonne en avril. Le résultat du vote qui va également requérir une majorité constitutionnelle s'annonce incertain, du fait de la forte opposition d'un grand nombre de sénateurs de l'ODS sur la question du transfert des compétences nationales vers Bruxelles.

Première publication : 18/02/2009

COMMENTAIRE(S)