Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

EUROPE

Les députés tchèques approuvent le traité de Lisbonne

Vidéo par Pierrick LEURENT

Dernière modification : 18/02/2009

Les députés tchèques ont approuvé le traité de Lisbonne, première étape en vue d'une éventuelle ratification par les 27 États membres de l'Union européenne. Le texte doit désormais être examiné au Sénat.

AFP - Les députés tchèques ont approuvé mercredi le traité de Lisbonne, première étape d'une ratification plusieurs fois retardée dans le pays qui préside actuellement l'UE.

"La chambre basse du Parlement tchèque a donné son accord à la ratification du Traité de Lisbonne", a annoncé à l'issue du vote le vice-président de la chambre des députés, le social-démocrate Lubomir Zaoralek.

Sur les 197 députés présents dans la chambre de 200 sièges, 125 ont voté pour et 61 contre, soit cinq voix de plus que la majorité requise des 3/5 (120 voix).

"Cet accord représente une étape essentielle dans le processus de ratification (...), une étape responsable qui a été précédée d'une discussion démocratique approfondie", a déclaré le vice-premier ministre en charge des Affaires européennes, Alexandr Vondra dans un communiqué au nom de la présidence tchèque de l'UE.

La République tchèque était le dernier pays des 27 à ne pas s'être encore prononcé sur le Traité de Lisbonne.

Au niveau européen, la réforme des institutions reste suspendue au nouveau référendum que l'Irlande envisage d'organiser dans les mois prochains après le +non+ prononcé en juin dernier.

Comme les autres pays européens, les Tchèques ont pour leur part choisi la voie parlementaire.

Après deux reports du vote en décembre et en janvier, le Traité a finalement été approuvé mercredi par la moité des élus du parti libéral ODS du Premier ministre Mirek Topolanek, par leurs partenaires de coalition, les chrétiens-démocrates (KDU-CSL) et les Verts, ainsi que par l'opposition social démocrate (CSSD).

L'autre moitié des députés ODS ont voté contre, tout comme une majorité écrasante des élus communistes (KSCM, opposition). Ces derniers réclamaient, en vain, la tenue d'une consultation nationale sur le Traité de Lisbonne.

Les sénateurs doivent désormais se prononcer, puis il faudra que le très eurosceptique président tchèque Vaclav Klaus accepte de signer le texte.

La chambre haute du Parlement pourrait se pencher sur le Traité de Lisbonne en avril. Le résultat du vote qui va également requérir une majorité constitutionnelle s'annonce incertain, du fait de la forte opposition d'un grand nombre de sénateurs de l'ODS sur la question du transfert des compétences nationales vers Bruxelles.

Première publication : 18/02/2009

COMMENTAIRE(S)