Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

FOCUS

Côte d'Ivoire : plongeon dans le trafic illicite et très lucratif des faux médicaments

En savoir plus

Moyen-Orient

L'islamiste Abou Qatada va être extradé en Jordanie

Dernière modification : 18/02/2009

La plus haute instance judiciaire britannique a approuvé l'extradition de l'islamiste Abou Qatada vers la Jordanie, où il doit être rejugé dans deux affaires. Il avait été condamné à 15 ans de travaux forcés pour activités terroristes.

AFP - L'islamiste Abou Qatada, dont l'extradition a été approuvée mercredi par la plus haute instance judiciaire britannique, sera jugé à nouveau à son retour en Jordanie pour deux affaires dans lesquelles il avait été condamné par contumace pour terrorisme, selon des sources officielles.

Abou Qatada, un temps considéré comme le chef spirituel d'Al-Qaïda en Europe, résidait en Grande-Bretagne depuis 1993 où il jouissait d'un statut de réfugié.

En vertu de la loi jordanienne, Abou Qatada doit être rejugé une fois revenu en Jordanie dans deux affaires dans lesquelles il avait été condamné en 1998 et 2000 à 15 ans de travaux forcés pour activités terroristes, ont précisé ces sources.

En décembre 1999, la Jordanie avait officiellement demandé à la Grande-Bretagne qu'Abou Qatada ne jouisse plus de l'asile politique au Royaume uni, afin que la Jordanie puisse demander son extradition.

Les Law Lords, la plus haute instance judiciaire britannique, a approuvé mercredi son extradition, à la suite d'un appel du ministère britannique de l'Intérieur d'une décision de la Cour d'appel d'avril 2008.

La Cour avait rejeté l'extradition du religieux radical au motif que des preuves susceptibles d'avoir été obtenues sous la torture pourraient être utilisées contre lui dans un futur procès.

Première publication : 18/02/2009

COMMENTAIRE(S)