Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La seconde guerre mondiale s'invite dans la campagne

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

La seconde guerre mondiale s'invite dans la campagne présidentielle

En savoir plus

BILLET RETOUR

Nicaragua : que reste-t-il de la révolution promise ?

En savoir plus

TECH 24

Les "makers" ont du cœur

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

"Pointu" à Sanary, "barquette" à Marseille : deux noms pour un bateau séculaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Whirlpool : le nouveau Florange

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macron face à Le Pen : le choc de deux France ?

En savoir plus

FOCUS

Égypte : rencontre avec les coptes, une communauté menacée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Femua 2017 : les musiques urbaines à l'honneur à Abidjan

En savoir plus

Moyen-Orient

L'islamiste Abou Qatada va être extradé en Jordanie

Dernière modification : 18/02/2009

La plus haute instance judiciaire britannique a approuvé l'extradition de l'islamiste Abou Qatada vers la Jordanie, où il doit être rejugé dans deux affaires. Il avait été condamné à 15 ans de travaux forcés pour activités terroristes.

AFP - L'islamiste Abou Qatada, dont l'extradition a été approuvée mercredi par la plus haute instance judiciaire britannique, sera jugé à nouveau à son retour en Jordanie pour deux affaires dans lesquelles il avait été condamné par contumace pour terrorisme, selon des sources officielles.

Abou Qatada, un temps considéré comme le chef spirituel d'Al-Qaïda en Europe, résidait en Grande-Bretagne depuis 1993 où il jouissait d'un statut de réfugié.

En vertu de la loi jordanienne, Abou Qatada doit être rejugé une fois revenu en Jordanie dans deux affaires dans lesquelles il avait été condamné en 1998 et 2000 à 15 ans de travaux forcés pour activités terroristes, ont précisé ces sources.

En décembre 1999, la Jordanie avait officiellement demandé à la Grande-Bretagne qu'Abou Qatada ne jouisse plus de l'asile politique au Royaume uni, afin que la Jordanie puisse demander son extradition.

Les Law Lords, la plus haute instance judiciaire britannique, a approuvé mercredi son extradition, à la suite d'un appel du ministère britannique de l'Intérieur d'une décision de la Cour d'appel d'avril 2008.

La Cour avait rejeté l'extradition du religieux radical au motif que des preuves susceptibles d'avoir été obtenues sous la torture pourraient être utilisées contre lui dans un futur procès.

Première publication : 18/02/2009

COMMENTAIRE(S)