Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso: Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

Moyen-Orient

L'islamiste Abou Qatada va être extradé en Jordanie

Dernière modification : 18/02/2009

La plus haute instance judiciaire britannique a approuvé l'extradition de l'islamiste Abou Qatada vers la Jordanie, où il doit être rejugé dans deux affaires. Il avait été condamné à 15 ans de travaux forcés pour activités terroristes.

AFP - L'islamiste Abou Qatada, dont l'extradition a été approuvée mercredi par la plus haute instance judiciaire britannique, sera jugé à nouveau à son retour en Jordanie pour deux affaires dans lesquelles il avait été condamné par contumace pour terrorisme, selon des sources officielles.

Abou Qatada, un temps considéré comme le chef spirituel d'Al-Qaïda en Europe, résidait en Grande-Bretagne depuis 1993 où il jouissait d'un statut de réfugié.

En vertu de la loi jordanienne, Abou Qatada doit être rejugé une fois revenu en Jordanie dans deux affaires dans lesquelles il avait été condamné en 1998 et 2000 à 15 ans de travaux forcés pour activités terroristes, ont précisé ces sources.

En décembre 1999, la Jordanie avait officiellement demandé à la Grande-Bretagne qu'Abou Qatada ne jouisse plus de l'asile politique au Royaume uni, afin que la Jordanie puisse demander son extradition.

Les Law Lords, la plus haute instance judiciaire britannique, a approuvé mercredi son extradition, à la suite d'un appel du ministère britannique de l'Intérieur d'une décision de la Cour d'appel d'avril 2008.

La Cour avait rejeté l'extradition du religieux radical au motif que des preuves susceptibles d'avoir été obtenues sous la torture pourraient être utilisées contre lui dans un futur procès.

Première publication : 18/02/2009

COMMENTAIRE(S)