Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Ce n'est pas le moment de fantasmer sur le dégel intercoréen"

En savoir plus

L’invité du jour

"La plupart du temps, les bibliothèques ne sont pas là où les gens ont le plus besoin d’elles"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Grève chez Air France : l'arme du référendum

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Amical mais critique, Emmanuel Macron séduit le Congrès"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Face au scandale, la présidente de la région de Madrid démissionne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tensions à Madagascar : l'opposition demande la destitution du président

En savoir plus

LE DÉBAT

Emmanuel Macron aux États-Unis : le statu quo diplomatique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Foxtrot" : Samuel Maoz dissèque la société israélienne

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Marchés financiers : les investisseurs craignent la remontée des taux américains

En savoir plus

Economie

La Société générale confirme des profits annuels malgré la crise

Dernière modification : 18/02/2009

Malgré la crise financière mondiale et le scandale du trader Jérôme Kerviel, la Société générale a confirmé qu'elle avait engrangé 2 milliards d'euros de profits pour l'année 2008 et 87 millions d'euros au quatrième trimestre.

AFP - La banque française Société Générale a confirmé mercredi avoir plus que doublé son bénéfice en 2008, à 2 milliards d'euros, malgré les effets violents de la crise financière et les premières répercussions du ralentissement économique qui ont pesé sur ses comptes.
  
En 2007, son bénéfice net avait été réduit à 947 millions d'euros à cause de de la perte exceptionnelle de 4,9 milliards d'euros imputée aux opérations non autorisées de son trader Jérôme Kerviel.
  
Hors cet élément exceptionnel, le bénéfice 2008 s'inscrirait en forte baisse par rapport à 2007.
  
Car la banque a souffert comme les autres en 2008 des effets de la crise financière, mais aussi de la dégradation de la conjoncture économique, qui se traduit dans ses comptes par un quasi-triplement de son coût du risque (montant des provisions pour créances douteuses, ndlr), à 2,655 milliards.
  
Elle est toutefois parvenue à rester bénéficiaire (à hauteur de 87 millions d'euros) au quatrième trimestre, qui a été un bain de sang pour les grandes banques internationales, victimes des contrecoups de la faillite de Lehman Brothers.
  
Elle a choisi de reverser 36% de son bénéfice à ses actionnaires, qui toucheront 1,2 euro par action.
  
Certaines de ses activités ont particulièrement souffert, comme la banque de financement et d'investissement (BFI), en perte annuelle de 235 millions d'euros (après 1,5 milliard d'euros de dépréciations sur ses actifs à risque) malgré un gain de 56 millions au 4e trimestre.
  
Outre le renforcement de ses procédures de contrôle suite à l'affaire Kerviel, la Société Générale met en oeuvre un plan d'adaptation à la crise pour sa BFI, longtemps sa principale source de profits.
  
La banque de détail en France a vu son résultat reculer de 5,7%, à 1,3 milliard d'euros. Société Générale a ouvert plus de 1 million de Livrets A et sa collecte à fin janvier se montait à 2,5 milliards d'euros.

Première publication : 18/02/2009

COMMENTAIRE(S)