Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Assistants parlementaires au FN : Marine Le Pen snobe la police

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Des milliers de déplacés, fuyant Boko Haram, menacés par la famine

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Lutte contre le groupe État islamique : où en sont les offensives contre les djihadistes ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

France – Présidentielle 2017 : alliances, retraits et tentatives d’union de la semaine

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Virginie Lemoine

En savoir plus

#ActuElles

L'humour a-t-il un sexe ?

En savoir plus

TECH 24

"Bring back our Internet" : le hashtag de ralliement des Camerounais

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Grèce : une crise sans fin ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

France insoumise : le coût du programme de Jean-Luc Mélenchon

En savoir plus

Economie

La Société générale confirme des profits annuels malgré la crise

Dernière modification : 18/02/2009

Malgré la crise financière mondiale et le scandale du trader Jérôme Kerviel, la Société générale a confirmé qu'elle avait engrangé 2 milliards d'euros de profits pour l'année 2008 et 87 millions d'euros au quatrième trimestre.

AFP - La banque française Société Générale a confirmé mercredi avoir plus que doublé son bénéfice en 2008, à 2 milliards d'euros, malgré les effets violents de la crise financière et les premières répercussions du ralentissement économique qui ont pesé sur ses comptes.
  
En 2007, son bénéfice net avait été réduit à 947 millions d'euros à cause de de la perte exceptionnelle de 4,9 milliards d'euros imputée aux opérations non autorisées de son trader Jérôme Kerviel.
  
Hors cet élément exceptionnel, le bénéfice 2008 s'inscrirait en forte baisse par rapport à 2007.
  
Car la banque a souffert comme les autres en 2008 des effets de la crise financière, mais aussi de la dégradation de la conjoncture économique, qui se traduit dans ses comptes par un quasi-triplement de son coût du risque (montant des provisions pour créances douteuses, ndlr), à 2,655 milliards.
  
Elle est toutefois parvenue à rester bénéficiaire (à hauteur de 87 millions d'euros) au quatrième trimestre, qui a été un bain de sang pour les grandes banques internationales, victimes des contrecoups de la faillite de Lehman Brothers.
  
Elle a choisi de reverser 36% de son bénéfice à ses actionnaires, qui toucheront 1,2 euro par action.
  
Certaines de ses activités ont particulièrement souffert, comme la banque de financement et d'investissement (BFI), en perte annuelle de 235 millions d'euros (après 1,5 milliard d'euros de dépréciations sur ses actifs à risque) malgré un gain de 56 millions au 4e trimestre.
  
Outre le renforcement de ses procédures de contrôle suite à l'affaire Kerviel, la Société Générale met en oeuvre un plan d'adaptation à la crise pour sa BFI, longtemps sa principale source de profits.
  
La banque de détail en France a vu son résultat reculer de 5,7%, à 1,3 milliard d'euros. Société Générale a ouvert plus de 1 million de Livrets A et sa collecte à fin janvier se montait à 2,5 milliards d'euros.

Première publication : 18/02/2009

COMMENTAIRE(S)