Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bye Bye l'UE !

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : "Félicité", portrait d'une guerrière du quotidien à Kinshasa

En savoir plus

FACE À FACE

Valls votera Macron : le ralliement de trop pour "En Marche" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump contre la planète"

En savoir plus

FOCUS

Italie : la maire populiste de Rome, Virginia Raggi, à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amis Britanniques, vous nous manquez déjà. Ou pas"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Daily Mail traite le Brexit par-dessus la jambe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Richard Ferrand : "Les amours tardives sont rarement désintéressées"

En savoir plus

LE DÉBAT

Conférence annuelle de l'AIPAC : quel avenir pour les relations israélo-américaines ?

En savoir plus

SCIENCES

Google blanchi des accusations de violation de la vie privée

Dernière modification : 19/02/2009

Le moteur de recherche Google, poursuivi pour violation de la vie privée par un couple d'Américains, a été blanchi par la justice. Le couple se plaignait de la publication d'un cliché de sa maison sur le site de cartographie StreetView.

AFP - Poursuivi pour violation de la vie privée par un couple hostile à la publication d'une photo de son domicile sur le site de cartographie StreetView, le moteur de recherche Google s'est vu blanchi par la justice fédérale américaine.
  
La juge Amy Reynolds Hay a refusé à ce couple les dommages et intérêts qu'il réclamait pour la publication d'une photo de son domicile, prise sur une voie privée en Pennsylvanie (est).
  
Cette photo est visible sur le site internet "StreetView", qui permet de visionner l'allure réelle d'une rue ou d'un carrefour pour aider l'utilisateur à se situer sur une carte.
  
Google utilise pour ce service, lancé en 2007, des photos prises par des appareils embarqués dans des voitures, qu'il agrège et met en ligne.
  
Mais en avril 2008, Aaron et Christine Boring avaient porté plainte pour violation de propriété et de la vie privée, et pour enrichissement illicite tiré d'une photo de leur domicile.
  
Mais dans une décision de 12 pages, Mme Hay a fait valoir que le couple n'avait fourni aucune preuve convaincante qu'il ait souffert de la publication de la photo de son domicile.
  
"Il est certes facile d'imaginer que beaucoup de gens voyant leur propriété apparaître sur les cartes virtuelles de Google soient irrités par les implications de (violation de) la vie privée, mais il est difficile de croire que qui que ce soit - à moins d'être extraordinairement sensible - en retire de la honte ou de l'humiliation", a estimé Mme Hay.
  
Google, qui floute des visages dans les photos de StreetView, avait fait valoir qu'il était peu réaliste de s'opposer à la publication des photos de domiciles prises au sol à l'heure où se multiplient les photos aériennes ou satellite.

Première publication : 19/02/2009

COMMENTAIRE(S)