Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

EUROPE

Le président Klaus rechigne à signer le traité de Lisbonne

Vidéo par Marion GAUDIN

Dernière modification : 19/02/2009

Réputé pour son euroscepticisme, le président tchèque, Vaclav Klaus, a refusé de dire s'il signera ou non le traité de Lisbonne que les députés de son pays ont adopté, mais auquel le chef de l'État est ouvertement opposé.

AFP - Le très eurosceptique président tchèque Vaclav Klaus, dont le pays préside l'UE, a laissé plané l'incertitude jeudi sur le fait de savoir s'il parapherait le traité de Lisbonne, adopté la veille par les députés de son pays à une courte marge.
   
"Je ne suis pas prêt à vous répondre" sur le sujet, a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Bruxelles, faisant valoir que si le texte avait été adopté par les députés tchèques, il devait encore l'être par le Sénat du pays.
   
"C'est toujours en cours au Parlement", a-t-il dit, signifiant qu'il donnerait sa réponse à l'issue du processus.
   
Le paraphe du président tchèque sera nécessaire pour valider le traité de Lisbonne. Mais jusqu'ici, M. Klaus, opposant déclaré au traité de Lisbonne, n'a jamais voulu dire clairement s'il l'apposerait ou pas.
   
Constitutionnellement, le président tchèque n'a en principe pas le pouvoir d'opposer son veto à un tel traité mais une incertitude persiste.
   
A Prague, le président de la Cour constitutionnelle, Pavel Rychetsky, a ainsi reconnu que sa juridiction, qui a validé le traité de Lisbonne en novembre 2008, pourrait avoir à nouveau à se prononcer pour trancher cette question de la signature.
   
"Le président pourrait ne pas le signer et le gouvernement ou une chambre du Parlement pourrait saisir" la Cour pour tenter d'imposer le paraphe, a-t-il dit à un journal tchèque publié jeudi. "Je ne sais comment un tel conflit sur les compétences finirait mais je pense que cela pourrait se terminer ici" au sein de la juridiction, a-t-il dit.
   
Avant la conférence de presse, le président tchèque s'est exprimé devant le Parlement européen, où il a dénoncé l'intégration européenne toujours plus poussée. Il a aussi fustigé le traité de Lisbonne, qui prévoit un renforcement des prérogatives du Parlement européen et supprime des droits de veto des Etats dans certains domaines.
   
"Il est erroné de penser qu'il y n'a qu'une seule voie, un seul avenir pour l'Union européenne, à savoir une Union toujours plus étroite, une intégration toujours plus approfondie sur le plan politique des Etats membres", a-t-il déclaré.
   
Son discours a été très applaudi sur les bancs des élus eurosceptiques du Parlement mais hué du côté de la gauche et des socialistes.
   
Tendu, le président du Parlement, l'Allemand Hans-Gert Pöttering lui a répondu que son discours dans l'enceinte de l'institution était la preuve du fonctionnement "démocratique" de l'Union européenne, où chacun est libre d'exprimer son opinion.
  

Première publication : 19/02/2009

COMMENTAIRE(S)