Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • 2e Division blindée : "Nous étions des frères"

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

Moyen-Orient

La liste de Nouri al-Maliki arrive en tête des élections provinciales

Dernière modification : 19/02/2009

La liste du Premier ministre a remporté la majorité des sièges aux élections locales. Le chef du gouvernement devra toutefois composer avec les indépendants, le Conseil supérieur islamique d'Irak ou les partisans de Moqtada al-Sadr.

AFP - La liste patronnée par le Premier ministre Nouri al-Maliki arrive en tête dans toutes les provinces chiites d'Irak, mais devra composer pour diriger ces gouvernorats, selon les résultats définitifs des élections provinciales du 31 janvier annoncés jeudi.
   
Dans la capitale, la "Coalition pour l'Etat de droit" de M. Maliki remporte la majorité absolue, avec 28 sièges sur 55, tout comme à Bassorah (sud), avec 20 sièges sur 35.
   
Mais ailleurs, si la liste arrive en tête en nombre de sièges, elle sera obligée de faire des alliances avec des indépendants ou avec ses rivaux du Conseil supérieur islamique d'Irak (CSII) d'Abdel Aziz Hakim, ou encore les partisans du chef radical chiite Moqtada Sadr.
   
A Najaf, elle obtient 7 sièges sur 28, à Babylone 8 sièges (sur 30), à Mouthanna 5 (sur 26), à Missane 8 sièges (sur 27), à Zi Qar 13 sièges sur (31), à Kerbala 9 sièges (sur 27), à Diwaniyah 11 (sur 28) et à Wassit 13 (sur 28).
   
Le CSII, s'il perd le contrôle des sept provinces chiites et Bagdad, reste toutefois la deuxième force chiite. Il arrive en deuxième position dans six gouvernorats, mais est distancé à Zi Qar, Kerbala et surtout dans la capitale, où il n'arrive que sixième.
   
Les partisans de Moqtada Sadr confirme leur position de troisième force chiite. Ils perdent Missane, la seule province qu'ils contrôlaient, où ils n'arrivent qu'en troisième position comme dans quatre autres gouvernorats.
   
Le vote a eu lieu dans 14 des 18 provinces et la participation a atteint 51%. Les élections auront lieu plus tard dans les trois provinces kurdes et à Kirkouk.
   
Le Premier ministre irakien avait affirmé le 6 février que les provinciales avaient changé "la carte politique" du pays.
   
Dans les régions sunnites, plusieurs partis se partagent les provinces. A al-Anbar, la coalition tribale menée par cheikh Ahmed Bou Richa, chef des "Sahwa" (réveil en arabe), milice d'anciens insurgés qui luttent désormais contre Al-Qaïda, arrive en tête avec huit sièges sur 29. Elle est suivie par la liste du député Saleh al-Moutlak (six sièges).
   
Le Parti islamique, issu des Frères musulmans, qui contrôlait la région depuis 2003, obtient aussi six sièges au sein d'une liste de coalition tribale.    Dans la province septentrionale de Ninive, dont Mossoul est la capitale, la coalition sunnite antikurde "Al Hadba" obtient la majorité absolue avec 19 sièges sur 37, devant la liste à majorité kurde "Fraternité Ninive" (12 sièges).
   
Par ailleurs, avec 5 sièges sur 28, le Front de la Concorde irakienne, principal groupe sunnite au Parlement, arrive en tête à Salaheddine, dont était originaire l'ancien dictateur Saddam Hussein, et dans la violente province de Diyala, au nord-est de Bagdad, avec 9 sièges sur 29.
   
Selon la loi électorale, les minorités disposent de six sièges dans l'ensemble du pays (trois à Ninive, deux à Bagdad et un à Bassorah).
   
Trois --un par province-- reviennent aux chrétiens, les trois autres sont attribués à des sectes ésotériques.
   
A Ninive, le "Mouvement yazidi pour les réformes et le progrès" et les "Chabaki indépendants" ont enlevé chacun un siège.
   
A Bagdad, le représentant de la secte des Sabéens a obtenu 100% des voix.
  

Première publication : 19/02/2009

COMMENTAIRE(S)