Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Attaque d'Ottawa : Stephen Harper caché dans un placard

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Tempête au Parti socialiste : "PS, cela ne veut pas dire PlayStation"

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

UE : la tension monte sur les budgets

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ottawa: histoire d'une photo

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Toumani Diabaté, le maître de la kora, invité du Journal de l’Afrique

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : une déception pour la gauche ?

En savoir plus

Amériques Asie - pacifique

Hillary Clinton à Pékin pour parler économie et climat

Dernière modification : 21/02/2009

La secrétaire d'État américaine Hillary Clinton est arrivée en Chine, dernière étape de sa tournée diplomatique en Asie. La crise économique mondiale et les questions climatiques seront au cœur de sa rencontre avec les autorités chinoises.

AFP - La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a débuté vendredi la dernière étape de sa tournée asiatique en Chine, où elle entend que la question sensible des droits de l'Homme n'occulte pas les discussions sur la crise économique mondiale ou le changement climatique.
   
Samedi, la journée sera particulièrement chargée, puisqu'elle doit rencontrer le président Hu Jintao, le Premier ministre Wen Jiabao et son homologue Yang Jiechi.
   
"Les administrations (américaines) successives et les gouvernements chinois ont été agités par cette question (des droits de l'Homme) et il faut que l'on continue à faire pression. Mais (cela) ne doit pas interférer avec la crise économique mondiale, le changement climatique et la sécurité", a dit le chef de la diplomatie américaine en quittant Séoul pour Pékin.
   
"Nous devons avoir un dialogue qui conduise à une compréhension et une coopération sur chacun" de ces sujets, a ajouté Hillary Clinton.
   
"Nous ne savons pas encore comment nous allons dialoguer sur la crise économique et les problèmes de sécurité" comme les extrémismes en Afghanistan et au Pakistan, a-t-elle également expliqué.
   
"Si nous parlons de cela, c'est en grande partie parce que c'est là que se trouvent les occasions d'échanges. Cela ne veut pas dire que nous sommes moins préoccupés" par la question des droits de l'Homme en Chine, a-t-elle encore dit.
   
Pékin est la quatrième et dernière étape de la tournée asiatique de Mme Clinton, après la Corée du Sud, l'Indonésie et le Japon, et son premier déplacement à l'étranger en tant que membre de l'administration de Barack Obama.
   
En Corée du Sud, Mme Clinton a appelé la Corée du Nord à cesser ses provocations et sa "guerre des mots".
   
La Chine, proche alliée du régime de Pyongyang, est également l'hôte des négociations à six pays (les deux Corées, les Etats-Unis, le Japon, la Chine et la Russie) pour obtenir l'élimination des armes et des programmes nucléaires nord-coréens. Les discussions sont actuellement au point mort.
   
Avant sa tournée, Hillary Clinton a déjà plaidé pour un dialogue plus large avec Pékin pour se distinguer de l'administration Bush, qui s'était concentrée sur les questions économiques.
   
Mme Clinton souhaite une plus grande coopération dans des domaines comme la sécurité régionale et la lutte contre le réchauffement climatique ou les maladies pandémiques. La secrétaire d'Etat américaine est accompagnée à Pékin de son émissaire spécial pour le réchauffement climatique, Todd Stern.
   
Le président George W. Bush avait toujours rejeté toute contrainte qui ne pèserait pas aussi sur les économies émergentes comme la Chine ou l'Inde, mais son successeur Barack Obama a décidé de s'impliquer plus dans la lutte contre le réchauffement climatique.
   
La Chine et les Etats-Unis sont les deux plus grands émetteurs mondiaux de gaz à effet de serre.
   
Les questions économiques continueront cependant à occuper une place de choix. Mme Clinton a souligné vendredi qu'elle ne considérait pas le géant asiatique comme une menace dans ce domaine. Les première et troisième économies mondiales doivent collaborer, a-t-elle dit.
   
"L'émergence de la Chine n'est pas en soi une menace pour les Etats-Unis", a-t-elle déclaré à CNN.
   
"Le fait que l'économie chinoise dépend fortement du consommateur américain a été une grande source de croissance pour la Chine", a-t-elle relevé.

Première publication : 20/02/2009

COMMENTAIRE(S)