Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Economie

Pressions américaines à Dubaï pour asphyxier l'Iran

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/02/2009

Pour forcer l'Iran à renoncer à son programme nucléaire, les États-Unis et ses alliés ont opté pour une guerre économique. Quitte à faire pression sur Dubaï, qui entretient des liens commerciaux importants avec le voisin iranien.

Dubaï, n'est pas que la première plate-forme d'échanges du Moyen-Orient, avec le port de Jebel Ali. Dubaï est aussi la première place financière de la région. Des atouts liés à son histoire. Cet émirat arabe a toujours été un centre de commerce, notamment avec le voisin iranien - 14 milliards de dollars d’exportations, en 2007. Il y a environ 450 000 Iraniens installés à ce jour aux Émirats arabes unis. Environ 9 500 sociétés de Dubaï disposent d'au moins un partenaire iranien.

 

Pour la République islamique, Dubaï constitue la dernière porte ouverte sur le monde. Mais pour les Etats-Unis, il s’agit de la dernière bulle d'oxygène à crever pour asphyxier le régime de Téhéran. L’émirat se retrouve donc coincé entre son allié et son voisin.

 

"Des pressions informelles ont été exercées sur les prestataires de services, sur les banques, sur les autorités de régulation pour nous empêcher d'accéder aux services indispensables. En privé, loin des projecteurs, les fonds souverains du Golfe ont été clairement mis en garde par les Etats-Unis. "Ils ne doivent pas investir en Iran", affirme Stephen Austen, du First Persian Equity, seul fonds d'investissement occidental autorisé à la Bourse de Téhéran.

 

Dubaï ne s’aligne pas sur la politique américaine, Washington s’y prend donc autrement et s’attaque au financement des échanges. Après les banques iraniennes, ce sont les établissements bancaires internationaux qui se trouvent dans le collimateur.

 

Pour éviter des poursuites aux Etats-Unis, ces établissements financiers participent à un boycott qui ne dit pas son nom en prenant leurs distances avec leurs clients iraniens. Pour Dubaï, comme pour les autres monarchies du Golfe, il est difficile, voire impossible, de résister à ces pressions.
 

Première publication : 21/02/2009

COMMENTAIRE(S)