Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

SUR LE NET

Un selfie pris à Auschwitz scandalise la Toile

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 2)

En savoir plus

  • Reprise des bombardements à Gaza, l'espoir d'une trêve s'éloigne

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • La Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

Economie

Pressions américaines à Dubaï pour asphyxier l'Iran

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/02/2009

Pour forcer l'Iran à renoncer à son programme nucléaire, les États-Unis et ses alliés ont opté pour une guerre économique. Quitte à faire pression sur Dubaï, qui entretient des liens commerciaux importants avec le voisin iranien.

Dubaï, n'est pas que la première plate-forme d'échanges du Moyen-Orient, avec le port de Jebel Ali. Dubaï est aussi la première place financière de la région. Des atouts liés à son histoire. Cet émirat arabe a toujours été un centre de commerce, notamment avec le voisin iranien - 14 milliards de dollars d’exportations, en 2007. Il y a environ 450 000 Iraniens installés à ce jour aux Émirats arabes unis. Environ 9 500 sociétés de Dubaï disposent d'au moins un partenaire iranien.

 

Pour la République islamique, Dubaï constitue la dernière porte ouverte sur le monde. Mais pour les Etats-Unis, il s’agit de la dernière bulle d'oxygène à crever pour asphyxier le régime de Téhéran. L’émirat se retrouve donc coincé entre son allié et son voisin.

 

"Des pressions informelles ont été exercées sur les prestataires de services, sur les banques, sur les autorités de régulation pour nous empêcher d'accéder aux services indispensables. En privé, loin des projecteurs, les fonds souverains du Golfe ont été clairement mis en garde par les Etats-Unis. "Ils ne doivent pas investir en Iran", affirme Stephen Austen, du First Persian Equity, seul fonds d'investissement occidental autorisé à la Bourse de Téhéran.

 

Dubaï ne s’aligne pas sur la politique américaine, Washington s’y prend donc autrement et s’attaque au financement des échanges. Après les banques iraniennes, ce sont les établissements bancaires internationaux qui se trouvent dans le collimateur.

 

Pour éviter des poursuites aux Etats-Unis, ces établissements financiers participent à un boycott qui ne dit pas son nom en prenant leurs distances avec leurs clients iraniens. Pour Dubaï, comme pour les autres monarchies du Golfe, il est difficile, voire impossible, de résister à ces pressions.
 

Première publication : 21/02/2009

COMMENTAIRE(S)