Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola: ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

EUROPE

Sarkozy plaide pour une position européenne commune

Dernière modification : 24/10/2009

Nicolas Sarkozy attend que les pays européens du G20 réunis dimanche à Berlin adoptent une position commune en matière de régulation des marchés financiers pour le sommet de Londres, le 2 avril.

Reuters - A la veille du sommet européen de Berlin, Nicolas Sarkozy a prôné une position européenne commune et ambitieuse au G20 de Londres, chargé de concrétiser la refondation du capitalisme financier.


En marge de sa visite au salon de l'Agriculture, à Paris, le chef de l'Etat a réfuté les accusations de protectionnisme concernant le plan automobile français, estimant qu'il avait dû agir faute d'un programme européen commun.


Les dirigeants des pays européens du G20 devraient insister dimanche sur la nécessité de mieux coordonner les plans de relance et d'éviter des mesures nationales qui aggraveraient la situation.


"Il faut une position commune pour le sommet à Londres" le 2 avril, a déclaré Nicolas Sarkozy à la presse à l'issue de sa visite. "La violence de la crise nous impose de changer, il faut rénover, réguler le marché financier", a-t-il ajouté.


Ni "compromis au rabais", ni "petites ambitions", le président français a promis qu'il ne s'associerait "pas à une position qui ne réponde pas de manière ambitieuse" à la crise.


Dimanche, le protectionnisme sera au coeur des discussions entre les dirigeants allemand, français, britannique, italien, espagnol et tchèque réunis dans la capitale allemande, les contreparties au plan de soutien français à l'automobile ayant provoqué de vives critiques.


En échange de prêts à taux préférentiels de 6,5 milliards d'euros, Renault et Peugeot Citroën doivent s'engager à ne pas fermer d'usine en France pendant cinq ans.


"Il n'y a absolument aucune honnêteté dans ces accusations" de protectionnisme, a déclaré Nicolas Sarkozy, jugeant "curieux d'accuser la France de protectionnisme alors que les constructeurs français sont ceux qui ont le plus d'usines en Europe".


"Si nous n'avions pas, nous l'Etat français, soutenu les constructeurs Renault <RENA.PA> et PSA <PEUP.PA> (...) les usines elles auraient fermé où ? Elles auraient fermé dans les pays européens", a-t-il assuré, s'en prenant en retour au manque de décision au niveau communautaire.


"Si j'ai dû faire un programme national (...) c'est parce que l'Europe n'a pas été capable de se mettre d'accord sur un programme européen de soutien à l'automobile", a-t-il justifié.

Première publication : 21/02/2009

COMMENTAIRE(S)