Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

EUROPE

Sarkozy plaide pour une position européenne commune

©

Dernière modification : 24/10/2009

Nicolas Sarkozy attend que les pays européens du G20 réunis dimanche à Berlin adoptent une position commune en matière de régulation des marchés financiers pour le sommet de Londres, le 2 avril.

Reuters - A la veille du sommet européen de Berlin, Nicolas Sarkozy a prôné une position européenne commune et ambitieuse au G20 de Londres, chargé de concrétiser la refondation du capitalisme financier.


En marge de sa visite au salon de l'Agriculture, à Paris, le chef de l'Etat a réfuté les accusations de protectionnisme concernant le plan automobile français, estimant qu'il avait dû agir faute d'un programme européen commun.


Les dirigeants des pays européens du G20 devraient insister dimanche sur la nécessité de mieux coordonner les plans de relance et d'éviter des mesures nationales qui aggraveraient la situation.


"Il faut une position commune pour le sommet à Londres" le 2 avril, a déclaré Nicolas Sarkozy à la presse à l'issue de sa visite. "La violence de la crise nous impose de changer, il faut rénover, réguler le marché financier", a-t-il ajouté.


Ni "compromis au rabais", ni "petites ambitions", le président français a promis qu'il ne s'associerait "pas à une position qui ne réponde pas de manière ambitieuse" à la crise.


Dimanche, le protectionnisme sera au coeur des discussions entre les dirigeants allemand, français, britannique, italien, espagnol et tchèque réunis dans la capitale allemande, les contreparties au plan de soutien français à l'automobile ayant provoqué de vives critiques.


En échange de prêts à taux préférentiels de 6,5 milliards d'euros, Renault et Peugeot Citroën doivent s'engager à ne pas fermer d'usine en France pendant cinq ans.


"Il n'y a absolument aucune honnêteté dans ces accusations" de protectionnisme, a déclaré Nicolas Sarkozy, jugeant "curieux d'accuser la France de protectionnisme alors que les constructeurs français sont ceux qui ont le plus d'usines en Europe".


"Si nous n'avions pas, nous l'Etat français, soutenu les constructeurs Renault <RENA.PA> et PSA <PEUP.PA> (...) les usines elles auraient fermé où ? Elles auraient fermé dans les pays européens", a-t-il assuré, s'en prenant en retour au manque de décision au niveau communautaire.


"Si j'ai dû faire un programme national (...) c'est parce que l'Europe n'a pas été capable de se mettre d'accord sur un programme européen de soutien à l'automobile", a-t-il justifié.

Première publication : 21/02/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)