Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

EUROPE

Accord pour refonder le système financier avant le sommet du G20

Vidéo par Nicolas GERMAIN

Dernière modification : 24/10/2009

À l'issue d'une réunion des pays européens du G20, pour préparer le sommet de Londres prévu le 2 avril, les pays européens se sont mis d'accord sur le principe d'une refondation du système financier international.

Le baromètre des décideurs politiques et économiques mondiaux

 

AFP - Le président français Nicolas Sarkozy a jugé que le sommet de Berlin constituait une "étape importante" dans la préparation du sommet du G20 à Londres et insisté sur la nécessité de "prendre des mesures structurelles" lors de cette réunion prévue le 2 avril.

"Ce sommet de Berlin est une étape importante entre Washington et Londres. Nous voulons tous avancer ensemble, nous voulons tous des résultats à Londres, nous voulons tous la refondation du système", a déclaré Nicolas Sarkozy devant la presse à la clôture de la réunion.

"D'ici là, nous prendrons les voies et moyens pour convaincre un maximum de membres du G20 de la nécessité d'aller de l'avant dans la refondation de notre système", a-t-il ajouté.

"Nous n'avons pas le choix. D'ici le 2 avril, nous devons réussir et ne pas accepter que qui que ce soit ou quoi que ce soit entrave l'ambition de ce sommet, qui portera une responsabilité historique. Si on échoue, alors il n'y aura plus de corde de rappel", a poursuivi le chef de l'Etat français.

"Nous voulons tous que Londres soit un succès et nous sommes tous conscients que c'est une chance ultime. Nous ne pouvons pas nous permettre un échec à Londres. Ce qui fera de Londres un succès, c'est l'ambition des mesures que nous proposerons et leur crédibilité", a-t-il insisté.

"L'Europe veut la refondation du système, ce n'était pas évident au début, nous sommes tous bien d'accord là-dessus. Il ne s'agit pas de mesures de surface, de mesures transitoires, il s'agira de prendre des mesures structurelles", a insisté Nicolas Sarkozy.

Première publication : 22/02/2009

COMMENTAIRE(S)