Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

2.500 hommes supplémentaires et un mandat plus robuste pour la Minusma au Mali

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le coup de foudre aquatique de Samir Guesmi

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les enfants syriens à l'usine plutôt qu'à l'école

En savoir plus

FOCUS

Le lithium bolivien : une arlésienne ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Brexit : "See EU Later !"

En savoir plus

FACE À FACE

Brexit : le sursaut des politiques français

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gare aux Vikings !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : trois morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

FRANCE

Cinq personnes interpellées après le meurtre d'un policier

Dernière modification : 22/02/2009

Un policier, qui n'était pas en service, a été tué samedi soir de deux balles dans la tête à La Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Dimanche matin, cinq personnes ont été interpellées dans un immeuble situé à proximité du lieu du drame.

AFP - Cinq personnes ont été interpellées par la police tôt dimanche matin dans le cadre de l'enquête sur la mort du policier tué la veille au soir à La Courneuve, en Seine-Saint-Denis, apprend-on dimanche de source policière.
  
Selon la police qui confirme ainsi une information donnée par Europe 1, les cinq personnes ont été interpellées à La Courneuve dans un immeuble situé à proximité du drame de la veille. L'arme du policier a été retrouvée dans le local à poubelles de l'immeuble, a ajouté la source.
  
Une série d'interpellations avaient été réalisées immédiatement après le meurtre mais n'avaient rien donné et les personnes avaient été relâchées, selon la police.
  
Le policier tué samedi soir de deux balles dans la tête à La Courneuve était en civil et n'était pas en service. Les circonstances du drame restent pour l'instant indéterminées.
  
Domicilié en Seine-et-Marne, le policier appartenait à la brigade de sûreté urbaine de Seine-Saint-Denis. La police a précisé samedi soir que son ou ses agresseur(s) aurai(en)t pris la fuite.
  
Les faits se sont déroulés vers 21h30 à proximité du carrefour des "Quatre Routes", dans un quartier qui ne se trouve pas dans une cité "sensible".
  
Le brassard de fonction du policier a été retrouvé non loin de son corps. En revanche, son arme de service, qu'il semblait bien porter sur lui, avait disparu.
  
L'enquête a été confiée à la brigade criminelle de la police judiciaire de Paris. "Toutes les hypothèses sont ouvertes: règlement de comptes, bagarres d'+après boire+, affaires financières", avait-on indiqué samedi soir de source policière.
  
La ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie s'est rendue sur place, peu de temps après le drame. Elle est restée environ 30 minutes sur les lieux et n'a fait aucune déclaration.

Première publication : 22/02/2009

COMMENTAIRE(S)