Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Première incursion terrestre d’un commando israélien à Gaza

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un mister nobody au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Journée la plus meurtrière à Gaza depuis le début du conflit avec Israël

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

FRANCE

Après maintes hypothèses, l'enquête a conclu à l'accident

©

Vidéo par Elisabeth ALLAIN

Dernière modification : 23/02/2009

Acte malveillant, incendie volontaire, foudre ou encore chute d'une météorite sont quelques-unes des nombreuses pistes étudiées par les experts en cinq ans d'instruction. L'accident chimique lié à des négligences a finalement été retenu.

AFP - Explosion accidentelle ou criminelle? Entre ces deux hypothèses, les magistrats de l'enquête sur les causes de la catastrophe de l'usine AZF à Toulouse ont rapidement privilégié la première, concluant en mai 2006 à un accident chimique lié à des négligences.

Les experts ont passé au crible de nombreuses pistes en cinq ans d'instruction: acte malveillant, incendie volontaire, détonation d'une munition enterrée, chute d'une météorite ou d'un débris d'avion, foudre, fuite de gaz, dysfonctionnement électrique ou présence d'un aéronef en vol ayant un lien avec l'explosion.

 

Survenue dix jours après les attentats du 11 septembre 2001 à New York, la catastrophe a immédiatement conduit à l'évocation d'une action terroriste.

Cette hypothèse, largement médiatisée, reposait notamment sur une note des renseignements généraux du 3 octobre 2001, signalant qu'un manutentionnaire d'origine maghrébine décédé dans la catastrophe portait plusieurs couches de sous-vêtements, à la façon d'islamistes radicaux ayant commis des attentats suicides.

Un appel téléphonique anonyme à un policier toulousain annonçant, la veille de la catastrophe, l'arrivée à Toulouse d'un Algérien "spécialiste en explosifs issu des milieux islamistes" a également alimenté cette thèse.

Cette hypothèse a vite été délaissée par les enquêteurs, qui ont souligné qu'aucune trace de substances explosives à usage civil ou militaire n'avait été retrouvée sur place. Les experts ont également noté l'absence de signes d'un incendie qui aurait pu déclencher l'explosion.

Ils ont réfuté bien d'autres hypothèses, dont celles évoquant une détonation spontanée d'une munition enterrée sous le hangar, une fuite souterraine de gaz inflammable, la chute d'une météorite, d'une pièce d'aéronef ou l'effet de la foudre.

L'hypothèse d'un dysfonctionnement électrique, court-circuit ou arc électrique, sur le site d'AZF ou son proche environnement, notamment le site voisin de la Société nationale des poudres et explosifs (SNPE), n'a pas résisté aux analyses techniques et scientifiques.

Quant aux témoignages faisant état de deux explosions au lieu d'une seule, les experts les ont expliqués par un "double bang" issu d'une même explosion.

Selon le rapport final d'expertise, l'explosion a été déclenchée par un mélange malencontreux de quelques kilogrammes de DCCNa (dichloroisocyanurate de sodium, produit chloré) avec 500 kg de nitrate d'ammonium pelletés par une benne et déversés sur un tas de quelque 300 tonnes de nitrate d'ammonium stockés dans un hangar, un quart d'heure avant l'explosion.

"La mise en contact des deux composants a permis la formation de trichlorure d'azote, assimilable à un explosif primaire qui a entraîné la détonation du tas de nitrate d'ammonium", indique le rapport qui dénonce des "négligences et manquements en série" et une "méconnaissance de la réelle dangerosité des nitrates" au sein de l'usine.

Total a rejeté ce scénario, affirmant que "toutes les explosions répertoriées impliquant du nitrate sont la conséquence soit d'un incendie d'une longue durée en milieu confiné, soit d'un amorçage volontaire". L'explosion "demeure encore, à l'heure actuelle, une énigme", estime Total.
 

Première publication : 23/02/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)