Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vol AH 5017 : l'équipage aurait changé de direction à cause de la météo

En savoir plus

TECH 24

Objets : tous connectés !

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

  • En direct : cinquante-quatre Français au nombre des victimes du vol Air Algérie

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "J'ai perdu mon jeune frère et toute sa famille"

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • En images : la zone du crash du vol AH5017 au Mali

    En savoir plus

  • Tour de France : Navardauskas décroche une première victoire pour la Lituanie

    En savoir plus

  • Un soldat libanais rejoint le Front Al-Nosra

    En savoir plus

  • Cinq Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • L’essor du tourisme "100 % halal"

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

FRANCE

Après maintes hypothèses, l'enquête a conclu à l'accident

Vidéo par Elisabeth ALLAIN

Dernière modification : 23/02/2009

Acte malveillant, incendie volontaire, foudre ou encore chute d'une météorite sont quelques-unes des nombreuses pistes étudiées par les experts en cinq ans d'instruction. L'accident chimique lié à des négligences a finalement été retenu.

AFP - Explosion accidentelle ou criminelle? Entre ces deux hypothèses, les magistrats de l'enquête sur les causes de la catastrophe de l'usine AZF à Toulouse ont rapidement privilégié la première, concluant en mai 2006 à un accident chimique lié à des négligences.

Les experts ont passé au crible de nombreuses pistes en cinq ans d'instruction: acte malveillant, incendie volontaire, détonation d'une munition enterrée, chute d'une météorite ou d'un débris d'avion, foudre, fuite de gaz, dysfonctionnement électrique ou présence d'un aéronef en vol ayant un lien avec l'explosion.

 

Survenue dix jours après les attentats du 11 septembre 2001 à New York, la catastrophe a immédiatement conduit à l'évocation d'une action terroriste.

Cette hypothèse, largement médiatisée, reposait notamment sur une note des renseignements généraux du 3 octobre 2001, signalant qu'un manutentionnaire d'origine maghrébine décédé dans la catastrophe portait plusieurs couches de sous-vêtements, à la façon d'islamistes radicaux ayant commis des attentats suicides.

Un appel téléphonique anonyme à un policier toulousain annonçant, la veille de la catastrophe, l'arrivée à Toulouse d'un Algérien "spécialiste en explosifs issu des milieux islamistes" a également alimenté cette thèse.

Cette hypothèse a vite été délaissée par les enquêteurs, qui ont souligné qu'aucune trace de substances explosives à usage civil ou militaire n'avait été retrouvée sur place. Les experts ont également noté l'absence de signes d'un incendie qui aurait pu déclencher l'explosion.

Ils ont réfuté bien d'autres hypothèses, dont celles évoquant une détonation spontanée d'une munition enterrée sous le hangar, une fuite souterraine de gaz inflammable, la chute d'une météorite, d'une pièce d'aéronef ou l'effet de la foudre.

L'hypothèse d'un dysfonctionnement électrique, court-circuit ou arc électrique, sur le site d'AZF ou son proche environnement, notamment le site voisin de la Société nationale des poudres et explosifs (SNPE), n'a pas résisté aux analyses techniques et scientifiques.

Quant aux témoignages faisant état de deux explosions au lieu d'une seule, les experts les ont expliqués par un "double bang" issu d'une même explosion.

Selon le rapport final d'expertise, l'explosion a été déclenchée par un mélange malencontreux de quelques kilogrammes de DCCNa (dichloroisocyanurate de sodium, produit chloré) avec 500 kg de nitrate d'ammonium pelletés par une benne et déversés sur un tas de quelque 300 tonnes de nitrate d'ammonium stockés dans un hangar, un quart d'heure avant l'explosion.

"La mise en contact des deux composants a permis la formation de trichlorure d'azote, assimilable à un explosif primaire qui a entraîné la détonation du tas de nitrate d'ammonium", indique le rapport qui dénonce des "négligences et manquements en série" et une "méconnaissance de la réelle dangerosité des nitrates" au sein de l'usine.

Total a rejeté ce scénario, affirmant que "toutes les explosions répertoriées impliquant du nitrate sont la conséquence soit d'un incendie d'une longue durée en milieu confiné, soit d'un amorçage volontaire". L'explosion "demeure encore, à l'heure actuelle, une énigme", estime Total.
 

Première publication : 23/02/2009

COMMENTAIRE(S)