Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Festival de Cannes : "Ne boudons pas notre fierté"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Huppert et Depardieu dans "Valley of love"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Irlande prête à dire "Oui" au mariage gay ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise au Burundi : Explosion de grenades à Bujumbura

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les 1001 vies d'Abderrahmane Sissako

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Organisation de l'État Islamique, Ramadi, Palmyre, les jihadistes consolident leur position

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La croissance verte : une chance pour les entreprises ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les coulisses de la gastronomie française

En savoir plus

#ActuElles

Les Méditerranéennes en mouvement

En savoir plus

EUROPE

Explosion d'une bombe au pays basque espagnol

Dernière modification : 23/02/2009

Une bombe a explosé au pays basque espagnol à proximité du siège du Parti socialiste basque de Lazkao. L'explosion n'a fait aucune victime mais a provoqué de gros dégâts matériels. L'organisation basque ETA a revendiqué l'attentat.

AFP - Une bombe a explosé tôt lundi matin, sans faire de victime, près du siège du parti socialiste basque à Lazkao, au pays basque espagnol, après un appel téléphonique de l'organisation basque armée ETA, a annoncé la chaîne de télévision CNN en espagnol.
   
L'explosion, qui a causé de gros dégâts matériels, s'est produite vers 03h00 locales (02h00 GMT), alors que le Pays Basque espagnol est en campagne pour les élections régionales qui doivent se tenir le 1er mars.
   
Deux heures auparavant, le service d'assistance routière (DYA) avait reçu un appel téléphonique d'une personne se réclamant de l'organisation séparatiste basque ETA, avertissant de l'imminence de l'explosion.
   
L'ETA est accusée de la mort de 825 personnes ces quarante dernières années. Elle est considérée comme organisation terroriste par l'Union européenne, ainsi que par les Etats-Unis

Première publication : 23/02/2009

COMMENTAIRE(S)