Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'Inde et le Pakistan auraient été proches d'un accord

Dernière modification : 23/02/2009

Le magazine "The New Yorker" révèle que le Cachemire, disputé par l'Inde et le Pakistan, était au cœur de négociations secrètes entre les deux pays, que la chute du président pakistanais Musharraf auraient mis en suspens.

AFP - L'Inde et le Pakistan ont mené pendant des années des négociations secrètes sur le Cachemire qui ont failli aboutir à un règlement du conflit, avant d'être mises en suspens après la chute du président pakistanais Pervez Musharraf, a rapporté dimanche le magazine The New Yorker.
   
Des discussions non officielles avaient ainsi lieu dans des hôtels à Bangkok, Dubaï ou encore Londres, explique l'hebdomaire américain.
   
Un document avait même été rédigé par les deux pays servant de cadre aux négociations, même s'il ne comportait ni noms, ni signatures.
   
Ce document prévoyait un retrait graduel des troupes des deux pays et de donner aux habitants du Cachemire le droit de circuler et de faire du commerce librement de part et d'autre de la ligne de contrôle séparant les deux pays. Les questions d'ordre local auraient été réglées via un organisme composé de représentants de toutes les parties.
   
Revendiquée par les deux pays, la région du Cachemire est à l'origine de deux des trois guerres que se sont livrées l'Inde et le Pakistan, après la partition sanglante de l'Empire britannique des Indes en 1947.
   
"C'était énorme. Je crois que cela aurait changé la nature intrinsèque du problème", et permis d'aborder les relations indo-pakistanaises sur de nouvelles bases, estime un responsable indien cité par l'hebdomadaire, qui ajoute que les militaires pakistanais auraient accepté l'idée selon laquelle la voie diplomatique était la seule possible pour régler le conflit.
   
"Le Pakistan était devenu une puissance nucléaire. La guerre ne pouvait plus être une option", a déclaré au New Yorker Khurshid Kasuri, ministre des Affaires étrangères pakistanais de l'époque.
   
Bien que mis en suspens après la démission en août 2008 du président Musharraf, ce canal secret aurait permis de tempérer les relations entre les deux capitales après les attaques de Bombay, qui ont fait 174 morts, et que New Delhi impute au Lashkar-e-Taïba (LeT), un groupe islamiste armé clandestin pakistanais actif au Cachemire.
 

Première publication : 23/02/2009

COMMENTAIRE(S)