Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola: ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'Inde et le Pakistan auraient été proches d'un accord

Dernière modification : 23/02/2009

Le magazine "The New Yorker" révèle que le Cachemire, disputé par l'Inde et le Pakistan, était au cœur de négociations secrètes entre les deux pays, que la chute du président pakistanais Musharraf auraient mis en suspens.

AFP - L'Inde et le Pakistan ont mené pendant des années des négociations secrètes sur le Cachemire qui ont failli aboutir à un règlement du conflit, avant d'être mises en suspens après la chute du président pakistanais Pervez Musharraf, a rapporté dimanche le magazine The New Yorker.
   
Des discussions non officielles avaient ainsi lieu dans des hôtels à Bangkok, Dubaï ou encore Londres, explique l'hebdomaire américain.
   
Un document avait même été rédigé par les deux pays servant de cadre aux négociations, même s'il ne comportait ni noms, ni signatures.
   
Ce document prévoyait un retrait graduel des troupes des deux pays et de donner aux habitants du Cachemire le droit de circuler et de faire du commerce librement de part et d'autre de la ligne de contrôle séparant les deux pays. Les questions d'ordre local auraient été réglées via un organisme composé de représentants de toutes les parties.
   
Revendiquée par les deux pays, la région du Cachemire est à l'origine de deux des trois guerres que se sont livrées l'Inde et le Pakistan, après la partition sanglante de l'Empire britannique des Indes en 1947.
   
"C'était énorme. Je crois que cela aurait changé la nature intrinsèque du problème", et permis d'aborder les relations indo-pakistanaises sur de nouvelles bases, estime un responsable indien cité par l'hebdomadaire, qui ajoute que les militaires pakistanais auraient accepté l'idée selon laquelle la voie diplomatique était la seule possible pour régler le conflit.
   
"Le Pakistan était devenu une puissance nucléaire. La guerre ne pouvait plus être une option", a déclaré au New Yorker Khurshid Kasuri, ministre des Affaires étrangères pakistanais de l'époque.
   
Bien que mis en suspens après la démission en août 2008 du président Musharraf, ce canal secret aurait permis de tempérer les relations entre les deux capitales après les attaques de Bombay, qui ont fait 174 morts, et que New Delhi impute au Lashkar-e-Taïba (LeT), un groupe islamiste armé clandestin pakistanais actif au Cachemire.
 

Première publication : 23/02/2009

COMMENTAIRE(S)