Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'Inde et le Pakistan auraient été proches d'un accord

©

Dernière modification : 23/02/2009

Le magazine "The New Yorker" révèle que le Cachemire, disputé par l'Inde et le Pakistan, était au cœur de négociations secrètes entre les deux pays, que la chute du président pakistanais Musharraf auraient mis en suspens.

AFP - L'Inde et le Pakistan ont mené pendant des années des négociations secrètes sur le Cachemire qui ont failli aboutir à un règlement du conflit, avant d'être mises en suspens après la chute du président pakistanais Pervez Musharraf, a rapporté dimanche le magazine The New Yorker.
   
Des discussions non officielles avaient ainsi lieu dans des hôtels à Bangkok, Dubaï ou encore Londres, explique l'hebdomaire américain.
   
Un document avait même été rédigé par les deux pays servant de cadre aux négociations, même s'il ne comportait ni noms, ni signatures.
   
Ce document prévoyait un retrait graduel des troupes des deux pays et de donner aux habitants du Cachemire le droit de circuler et de faire du commerce librement de part et d'autre de la ligne de contrôle séparant les deux pays. Les questions d'ordre local auraient été réglées via un organisme composé de représentants de toutes les parties.
   
Revendiquée par les deux pays, la région du Cachemire est à l'origine de deux des trois guerres que se sont livrées l'Inde et le Pakistan, après la partition sanglante de l'Empire britannique des Indes en 1947.
   
"C'était énorme. Je crois que cela aurait changé la nature intrinsèque du problème", et permis d'aborder les relations indo-pakistanaises sur de nouvelles bases, estime un responsable indien cité par l'hebdomadaire, qui ajoute que les militaires pakistanais auraient accepté l'idée selon laquelle la voie diplomatique était la seule possible pour régler le conflit.
   
"Le Pakistan était devenu une puissance nucléaire. La guerre ne pouvait plus être une option", a déclaré au New Yorker Khurshid Kasuri, ministre des Affaires étrangères pakistanais de l'époque.
   
Bien que mis en suspens après la démission en août 2008 du président Musharraf, ce canal secret aurait permis de tempérer les relations entre les deux capitales après les attaques de Bombay, qui ont fait 174 morts, et que New Delhi impute au Lashkar-e-Taïba (LeT), un groupe islamiste armé clandestin pakistanais actif au Cachemire.
 

Première publication : 23/02/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)