Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Vidéo : À Rafah les habitants sont pris au piège

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Amériques

Obama promet de réduire de moitié le déficit américain

©

Dernière modification : 24/02/2009

"Si nous traitons cette crise sans traiter en même temps les déficits qui ont contribué à la déclencher, nous risquons de sombrer dans une autre crise à l'avenir", a prévenu le président américain.

Reuters - Barack Obama s'est engagé lundi à réduire le déficit budgétaire américain de moitié au cours de son mandat et a prévenu que les Etats-Unis risquaient une nouvelle crise si les problèmes de dette du pays n'étaient pas résolus.
 

L'administration Obama, qui commence l'application de son plan de relance économique de 787 milliards de dollars, a souligné que le besoin actuel de dépenses publiques ne signifiait pas que les difficultés budgétaires pouvaient être mises de côté.

"Si nous traitons cette crise sans traiter en même temps les déficits qui ont contribué à la déclencher, nous risquons de sombrer dans une autre crise à l'avenir", a prévenu Obama lors d'une réunion à la Maison blanche sur la "responsabilité
fiscale".

Le président américain avait invité à cette réunion des élus des deux partis, des entrepreneurs, des syndicalistes et des experts du budget.

Obama, qui doit présenter jeudi son premier budget, a rappelé avoir hérité d'un déficit de 1.300 milliards de dollars et souligné que le paiement de la dette avait atteint 250 milliards de dollars en 2008, soit trois fois plus que le budget de l'éducation.


"Nous ne pouvons ni n'allons supporter de tels déficits indéfiniment. Aujourd'hui je m'engage à réduire le déficit de moitié avant la fin de mon premier mandat".


Promesses à tenir

 

Le vice-président Joe Biden a également assuré que la crise économique ne devait pas occulter le besoin de réformes budgétaires et fiscales.

"Nous voulons être clairs: tout en prenant les mesures nécessaires pour sortir de la crise que nous traversons, nous ne négligerons pas la vision à long terme", a-t-il déclaré durant la même réunion.

"Nous ne perdrons pas de vue les besoins persistants de réformer le système de santé, adapter la politique énergétique 
nos besoins, ni tous les autres défis qui détermineront ce que sera le XXIe siècle."

Si l'administration se concentre sur les mesures pour sortir le pays de la récession et réformer le secteur financier, Obama entend également tenir ses promesses de campagne, notamment l'extension de la couverture de santé aux Américains dépourvus d'assurance et la lutte contre le réchauffement climatique. Son directeur du budget, Peter Orszag, a toutefois souligné que la réduction des dépenses de santé était vitale pour redresser l'économie.
 
Le chef de file du groupe républicain à la Chambre des représentants, John Boehner, et le sénateur de l'Arizona John McCain, rival d'Obama à la présidentielle, ont également participé à la réunion.

La plupart des élus républicains ont vivement critiqué le plan de relance dont ils assimilent les mesures à un gaspillage qui ne fera que creuser davantage le déficit.

"Le président Obama a appelé les deux partis à agir sérieusement en matière de responsabilité fiscale", a rapporté Boehner dans un communiqué.

"Alors que notre déficit budgétaire risque d'atteindre 3.000 milliards de dollars cette année, les républicains sont prêts à travailler avec lui, et nous pensons qu'il convient de commencer dès à présent."

Première publication : 23/02/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)