Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Gouvernement Philippe II : derrière la technique, la politique

En savoir plus

FOCUS

Soudan du Sud : la guerre civile vue de l'intérieur

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le Puy du Fou, 40 ans de voyage dans le temps

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Chapeau bas, Queen Élisabeth !"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Bayrou out : pas de quartiers"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Gloire et décadence de Travis Kalanick, patron d'Uber

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Démission forcée du PDG d'Uber : quelles conséquences pour le groupe ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Fête de la musique : coupé-décalé en plein Paris

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Politique française : faites vos jeux, rien ne va plus !

En savoir plus

Economie

Pascal Lamy dénonce les mesures protectionnistes

Dernière modification : 23/02/2009

Le directeur général de l'OMC, Pascal Lamy, a pointé du doigt les clauses protectionnistes mises en place par certains pays dans le cadre de leur plan de relance. Il craint des effets pervers sur les autres pays.

AFP - Le directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), Pascal Lamy, a appelé lundi à Séoul à une "discipline collective" pour endiguer la tendance au protectionnisme en période de crise financière et économique.

"La pression protectionniste est présente même si l'on sait que l'isolationnisme ou le protectionnisme ne fonctionne pas, pour des raisons simples", a assuré M. Lamy, citant en exemple la clause controversée "Buy American" (Achetez américain) du plan de relance de l'économie aux Etats-Unis.

"Sans une discipline collective, à laquelle les Etats-Unis doivent se conformer dans le cadre de l'accord de l'OMC, la clause "Buy American" aurait probalement été bien pire pour les partenaires des Etats-Unis", a-t-il ajouté.

Le président américain Barack Obama a promulgué la semaine dernière un plan de relance de 787 milliards de dollars, incluant une clause "Achetez américain".

Introduite à la Chambre des représentants, cette clause visait initialement à imposer l'achat de métaux et de produits industriels américains pour tout projet financé par le plan de relance.

Cette clause a provoqué une levée de boucliers chez les partenaires des Etats-Unis, en particulier au Canada, leur principal partenaire commercial.

Les sénateurs américains ont finalement adopté un amendement qui assouplit la formulation de cette clause protectionniste, stipulant qu'elle ne doit pas entrer en contradiction avec les accords internationaux signés par les Etats-Unis.

"Il existe de nombreuses façons de protéger les gens, meilleures que le protectionnisme, qui en fin de compte ne protège personne. Si cela en protège certains, cela nuit à d'autres", a souligné M. Lamy.

Le directeur de l'OMC a estimé que le commerce mondial allait continuer à se contracter avec des conséquences dommageables surtout pour les économies orientées vers l'exportation, comme la Corée du Sud, a-t-il encore souligné.

Première publication : 23/02/2009

COMMENTAIRE(S)