Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Les marchés prudents après la victoire d'Angela Merkel

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le crépuscule d'Angela Merkel"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Sénat résiste à la vague Macron"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Enfermer la femme, c'est s'emprisonner soi-même"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Antonio Tajani : "Le référendum catalan est illégal"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Macron signant les ordonnances : une mise en scène "à l'américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'île Maurice dépassée par le trafic de drogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Catalogne en instance de divorce avec l'Espagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Législatives en Allemagne : indétrônable Merkel ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Les travaillistes excluent d'entrer dans la coalition de Netanyahou

Dernière modification : 23/02/2009

Le Parti travailliste d'Ehud Barak (photo), grand perdant des élections législatives du 10 février, refuse la proposition avancée par le chef du Likoud Benjamin Netanyahou de former un gouvernement d'union nationale.

AFP - Le parti travailliste exclut d'entrer dans une coalition gouvernementale dirigée par le chef du Likoud (droite) Benjamin Netanyahu, a indiqué lundi un de ses dirigeants.
  
"Je ne vois pas comment le parti travailliste pourrait rallier le gouvernement que Netanyahu va créer", a affirmé à la radio publique le ministre de l'Agriculture Shalom Simhon peu avant une rencontre entre le chef de sa formation Ehud Barak et M. Netanyahu.
  
"Le parti travailliste est très uni autour de Barak. Nous voulons nous renforcer dans l'opposition, et nous disposons de beaucoup de temps pour devenir une alternative", a-t-il ajouté.
  
Le parti travailliste a réalisé son pire score historique aux législatives du 10 février en n'obtenant que 13 sièges sur un total de 120 à la Knesset.
  
M. Netanyahu a été chargé vendredi par le président israélien Shimon Peres de former le prochain cabinet au plus tard d'ici le 3 avril.
  
Il est appuyé par un bloc de partis de droite comptant 65 députés, mais préférerait diriger un gouvernement d'union notamment avec les travaillistes et le parti centriste Kadima de Tzipi Livni.
  
Lors d'une première rencontre à cette fin dimanche avec Mme Livni, il n'est pas parvenu à la convaincre de rallier un tel cabinet d'union en raison de divergences sur les négociations avec les Palestiniens.
  

Première publication : 23/02/2009

COMMENTAIRE(S)