Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump : 1 an à la Maison Blanche

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Liberia : le président élu, George Weah prêt à relever les défis

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Aide aux migrants : que dit la loi ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Sanseverino

En savoir plus

TECH 24

Reporty, l'application anti-délits ou pro-délation ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Gambie à l'heure d'une nouvelle ère post-Jammeh

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Avec les réformes de Macron, la France sur le retour ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Trump, un an après : derrière l'euphorie, une économie fragile ?

En savoir plus

#ActuElles

#MeToo : la France entre exception culturelle et changement de génération

En savoir plus

Moyen-Orient

Devant la Knesset, Peres appelle à la paix et à l'union nationale

Vidéo par Jonathan WALSH

Dernière modification : 24/02/2009

Alors que les discussions se poursuivent pour la constitution du gouvernement Netanyahou, le président israélien a exhorté, mardi, le nouveau Parlement à "achever les négociations avec les Palestiniens".

AFP - Le président israélien Shimon Peres a exhorté le nouveau parlement issu des législatives du 10 février à faire de la paix avec les Palestiniens sa priorité, en ouvrant mardi sa session inaugurale.

"Achever les négociations avec les Palestiniens durant cette législature est le défi le plus important auquel fait face Israël", a déclaré M. Peres devant les 120 membres de la nouvelle Knesset, qui, à l'issue de son intervention, ont prêté serment.

"D'importants dirigeants arabes m'ont dit qu'un accord avec les Palestiniens serait considéré comme un accord de paix régional incluant Israël", a-t-il poursuivi.

"La paix créera une nouvelle situation économique, pour nous et nos voisins, et nous permettra de réduire les écarts sociaux", a souligné M. Peres.

La droite israélienne emmenée par le chef du parti de droite Likoud, Benjamin Netanyahu, a remporté les élections législatives anticipées et M. Netanyahu a été chargé par M. Peres de former le prochain gouvernement.

M. Netanyahu, 59 ans, opposé aux accords d'Oslo de 1993 et hostile à la création d'un Etat palestinien, dispose sur le papier d'une majorité à la Chambre avec le soutien d'un bloc de partis de droite comptant 65 députés.

Sa préférence va toutefois à la formation d'une coalition élargie, plus stable, ce qu'a encouragé M. Peres.

"La plupart des formations ont exprimé leur claire préférence pour un gouvernement d'union nationale et c'est aussi ce que je souhaite", a déclaré M. Peres.

"Douze formations sont représentées à la Chambre mais cela ne signifie pas que nous devons être divisés", a-t-il ajouté.

Pour l'heure, le parti centriste Kadima de la ministre des Affaires étrangères sortante, Tzipi Livni, et le parti travailliste du ministre de la Défense sortant, Ehud Barak, ont rejeté les appels de M. Netanyahu à rallier un cabinet d'union sous sa direction. L'alternative serait un gouvernement restreint de droite qui susciterait inéluctablement des tensions avec la nouvelle administration américaine du président Barack Obama, désireuse de relancer les efforts de paix.

M. Netanyahu a jusqu'au 3 avril au plus tard pour former son gouvernement.

Les négociations israélo-palestiniennes ont été relancées en grande pompe lors de la Conférence internationale d'Annapolis aux Etats-Unis en novembre 2007 mais depuis elles ont connu peu de progrès.

M. Peres a appelé également la nouvelle Chambre à agir contre la discrimination envers les citoyens arabes d'Israël.

"Nous devons toujours avoir à l'esprit de traiter les citoyens arabes d'Israël sur un pied d'égalité avec les juifs car la discrimination est contraire à nos valeurs", a insisté le président israélien.

Première publication : 24/02/2009

COMMENTAIRE(S)