Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le défenseur des droits de l'homme burundais Pierre-Claver Mbonimpa blessé par balles

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi: le spectre de l'escalade

En savoir plus

DÉBAT

John Kerry au Moyen-Orient : comment rassurer les pays du Golfe ?

En savoir plus

DÉBAT

Raids turcs en Irak et en Syrie : l'offensive contre l'EI et le PKK s'intensifie (Partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La Seine : le XXIème arrondissement de Paris

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Le yoga, nouvelle arme d'influence

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

PKK, organisation de l’État islamique : le double jeu d’Erdogan

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Grèce : la bourse d'Athènes rouvre dans le rouge après 5 semaines de fermeture

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Nucléaire iranien : John Kerry tente de rassurer les monarchies du Golfe

En savoir plus

Asie - pacifique

Le Premier ministre japonais Taro Aso reçu à Washington

Vidéo par Nathalie TOURRET

Dernière modification : 24/02/2009

Le Premier ministre japonais Taro Aso est arrivé à Washington pour discuter avec Barack Obama de la crise économique et du nucléaire nord-coréen. Il est le premier dirigeant étranger à être reçu à la Maison Blanche.

AFP - Le chef du gouvernement japonais Taro Aso est arrivé lundi à Washington où il sera le premier dirigeant étranger reçu à la Maison Blanche mardi par Barack Obama, a indiqué un responsable japonais.
   
Les dirigeants des deux premières puissances économiques mondiales  devraient discuter de la manière de contrer l'actuelle crise mondiale, la pire depuis celle des années 30.
   
Les experts jugent que l'invitation de Barack Obama faite à Taro Aso est largement symbolique. Elle viserait à lever les inquiétudes du Japon selon lesquelles les Etats-Unis négligeraient leur allié de longue date au bénéfice du géant asiatique chinois, troisième puissance économique mondiale.
   
La visite de moins de 24 heures de M. Aso intervient aussi alors que sa popularité est au plus bas dans les sondages à un peu plus de six mois des élections législatives. Mais, selon les experts, elle a plus à voir avec la volonté américaine de s'engager auprès de son allié, qu'à un éventuel soutien à son Premier ministre.
   
Celui-ci, qui se rend à Washington une semaine avant son homologue britannique Gordon Brown, sera à la Maison Blanche quelques heures avant que son locataire ne prononce son premier grand discours de président au Congrès.

Première publication : 24/02/2009

COMMENTAIRE(S)