Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

EUROPE

Signature d'un accord de coopération nucléaire

Vidéo par Clément MASSE

Texte par AFP

Dernière modification : 24/02/2009

À l'occasion du 27e sommet franco-italien, les groupes énergétiques italien et français Enel et EDF ont convenu d'un accord de coopération nucléaire. En direct de Rome, les explications de notre correspondant Eric Jozsef.

AFP - Les groupes énergétiques italien et français Enel et EDF ont signé mardi, au cours du sommet franco-italien de Rome, un accord portant sur la construction d'"au moins" quatre réacteurs nucléaires de troisième génération EPR en Italie, a annoncé Enel.

"Quand le processus législatif et technique pour le retour du nucléaire en Italie sera terminé, Enel et EDF s'engagent à développer, construire et faire entrer en service au moins quatre unités (...) ayant comme référence la technologie EPR", indique Enel dans un communiqué.

"L'objectif est de rendre opérationnelle la première unité italienne au plus tard en 2020", poursuit le communiqué.

Cette entente entre Enel et EDF, s'inscrit dans le cadre de l'accord de coopération entre la France et l'Italie dans le domaine nucléaire, paraphé mardi à Rome par le président français Nicolas Sarkozy et le chef du gouvernement italien, Silvio Berlusconi.

Enel et EDF vont créer une société détenue à parts égales pour étudier la "faisabilité" du projet. En revanche, Enel sera majoritaire dans les structures qui détiendront et géreront les centrales, structures dont le capital pourra également être ouvert à des tiers.

L'accord a une durée de cinq ans et peut être prolongé.

Rome avait annoncé en mai dernier sa volonté de renouer avec le nucléaire, vingt-et-un ans après y avoir renoncé lors d'un référendum, afin d'atténuer sa dépendance envers le gaz et le pétrole.

En outre, comme prévu par un accord entre les deux groupes signé en novembre 2007 à Nice, Enel, qui dispose d'une part de 12,5% dans la centrale EPR actuellement en cours de construction en France, va prendre une part similaire dans le deuxième EPR français, selon le communiqué du groupe.

Première publication : 24/02/2009

COMMENTAIRE(S)