Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque Mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

  • Justice : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison

    En savoir plus

  • Confusion autour de la tenue du procès de Simone Gbagbo mercredi

    En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Kobané résiste à l'EI, le Premier ministre irakien se rend à Téhéran

    En savoir plus

  • Quand les virus mortels fascinent Hollywood

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 au Qatar se jouera en hiver, tranche Blatter

    En savoir plus

  • Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque Mondiale, appelle à la mobilisation

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maîtres de Sanaa

    En savoir plus

  • Ligue des Champions : à Nicosie, le PSG veut consolider sa première place

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

Asie - pacifique

Les Taliban déclarent une trêve dans la vallée de Swat

Vidéo par Laure DE MATOS

Texte par Jean Bernard CADIER

Dernière modification : 25/02/2009

Dix jours après un accord conclu avec les autorités pakistanaises permettant l'application de la charia dans la vallée de Swat, les Taliban ont déclaré un cessez-le-feu illimité dans la région. Lisez l'analyse de Jean-Bernard Cadier.

La trêve illimitée annoncée par les Taliban dans la vallée de Swat a de quoi surprendre. Le gouvernement et l’armée du Pakistan se sont beaucoup battus pour empêcher les Taliban de prendre le contrôle de cette zone stratégique à moins de 200 kilomètres de la capitale. Depuis l’été 2007, l’armée ne donnait pas l’impression qu’elle recherchait un compromis. Le gouvernement estime que les combats dans la vallée du Swat ont fait plus de 1200 morts civils.

 
Pourquoi cette impression confuse que le gouvernement vient de céder aux Taliban ? Parce qu’il y a dix jours Islamabad a accepté de céder sur le terrain des principes : ce sont les tribunaux islamiques qui seront seuls en charge de l’exercice de la Justice dans la vallée de Swat. Et lorsqu’on cède sur le terrain des principes on cède souvent sur le terrain tout court. Si les Talibans ont accepté aussi vite la main tendue par les autorités c’est sans doute parce qu’ils espèrent gagner un nouveau sanctuaire.
 


Le gouvernement d’Islamabad assure néanmoins que c’est une excellente nouvelle pour les habitants de la région qui ont été les premières victimes des violences et que la charia, qui sera appliquée dans la vallée de Swat, sera une version modérée de la loi islamique. Ce serait en somme une victoire du compromis aux dépends des islamistes les plus extrémistes.

 
On observera avec attention le sort qui sera réservé désormais aux écoles de filles dans la vallée de Swat. Quelque 200 écoles de filles ont été détruites pas les Taliban depuis 18 mois. Le sort de ces établissements permettra sans doute de préciser les contours d’un accord relativement flou à ce stade.

Les intentions réelles des autorités pakistanaises seront en tout cas sérieusement mises à l’épreuve cette semaine lorsque le chef d’état major pakistanais, le puissant général Ashfaq Parvez Kayani, va avoir à Washington ses premiers entretiens avec l’administration Obama. Il va demander aux Américains d’augmenter leur aide militaire, ceux-ci vont sûrement l’interroger en retour sur la cohérence et la détermination d’Islamabad face aux Talibans.

Première publication : 24/02/2009

COMMENTAIRE(S)