Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Abd Al Malik : le "combattant de la culture" reprend les armes pour Camus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La CIA à Trump: 'le silence est d'or'"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May : vers un Brexit "dur" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le PS, vote utile ?"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"Les Russes ne sont pas nos ennemis", estime le futur président bulgare

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Erasmus, 30 ans de bonheur estudiantin ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les musulmans rohingyas humiliés en Birmanie et une polémique après l'expulsion de France d'un Malien

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : la sécurité à l'agenda du 27e sommet Afrique-France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Primaire de la gauche : l'esprit de synthèse à l'épreuve des débats

En savoir plus

FRANCE

Aucune suppression d'emploi en 2010 et 2011, assure Pécresse

Dernière modification : 27/02/2009

Alors que le mouvement de grève se poursuit depuis trois semaines dans les universités françaises, la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse, a annoncé qu'aucun emploi ne sera supprimé en 2010-2011.

AFP - La ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Pécresse a affirmé mercredi sur France Info qu'il n'y aurait pas de "suppression d'emplois en 2010-2011 dans l'université".

"Il n'y aura pas de suppression d'emplois en 2010-2011 dans l'université", a dit la ministre, signifiant ainsi que cette pause dans les suppressions de postes concernait tous les emplois et pas seulement ceux d'enseignants-chercheurs".

Mme Pécresse a apporté cette précision alors que François Fillon s'est engagé, dans un communiqué, à ce qu'"aucune suppression d'emploi d'enseignant-chercheur" ne soit "effectuée en 2010 et 2011", à l'issue d'une réunion avec Mme Pécresse et les présidents d'université.

"Cette décision est de nature à rassurer tous les enseignants-chercheurs à un moment où on est en train de changer leur statut", a ajouté la ministre.

Autrement dit, "la modernisation du statut des enseignants-chercheurs des universités ne sera pas là pour compenser de futures suppressions de postes", a-t-elle dit.

"C'est aussi de nature à rassurer les étudiants, par exemple l'Unef, qui tient énormément au plan +réussir en licence+ qui va demander beaucoup d'encadrement des élèves, du tutorat, du suivi", a poursuivi la ministre.

"Nous aurons un traitement exceptionnel", s'est félicité Mme Pécresse, alors qu'est menée actuellement une politique de non renouvellement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.
 

Première publication : 25/02/2009

COMMENTAIRE(S)