Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

Grande-Bretagne : les oubliés de la génération Windrush

En savoir plus

L’invité du jour

"L’Europe a un rôle à jouer dans la défense des éléphants"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

"Fair play financier" : le PSG passe son grand oral

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Universités : le ras-le-bol des antibloqueurs"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal : l'opposition manifeste contre le projet de réforme électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manifestations en France : la guerre des chiffres

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Autocars : quand la grève à la SNCF fait recette

En savoir plus

LE DÉBAT

Réformes en France : vers une convergence des luttes ?

En savoir plus

POLITIQUE

Visite de Macron à Washington : que peut-il espérer de sa rencontre avec Trump ?

En savoir plus

FRANCE

Aucune suppression d'emploi en 2010 et 2011, assure Pécresse

Dernière modification : 27/02/2009

Alors que le mouvement de grève se poursuit depuis trois semaines dans les universités françaises, la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse, a annoncé qu'aucun emploi ne sera supprimé en 2010-2011.

AFP - La ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Pécresse a affirmé mercredi sur France Info qu'il n'y aurait pas de "suppression d'emplois en 2010-2011 dans l'université".

"Il n'y aura pas de suppression d'emplois en 2010-2011 dans l'université", a dit la ministre, signifiant ainsi que cette pause dans les suppressions de postes concernait tous les emplois et pas seulement ceux d'enseignants-chercheurs".

Mme Pécresse a apporté cette précision alors que François Fillon s'est engagé, dans un communiqué, à ce qu'"aucune suppression d'emploi d'enseignant-chercheur" ne soit "effectuée en 2010 et 2011", à l'issue d'une réunion avec Mme Pécresse et les présidents d'université.

"Cette décision est de nature à rassurer tous les enseignants-chercheurs à un moment où on est en train de changer leur statut", a ajouté la ministre.

Autrement dit, "la modernisation du statut des enseignants-chercheurs des universités ne sera pas là pour compenser de futures suppressions de postes", a-t-elle dit.

"C'est aussi de nature à rassurer les étudiants, par exemple l'Unef, qui tient énormément au plan +réussir en licence+ qui va demander beaucoup d'encadrement des élèves, du tutorat, du suivi", a poursuivi la ministre.

"Nous aurons un traitement exceptionnel", s'est félicité Mme Pécresse, alors qu'est menée actuellement une politique de non renouvellement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.
 

Première publication : 25/02/2009

COMMENTAIRE(S)