Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le succès des meubles en open source

En savoir plus

SUR LE NET

La France tente de contrer la propagande djihadiste

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Grèce, la victoire de Syriza doit-elle inquiéter les Européens ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Union Africaine, est-ce vraiment une union ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande, le "Hitler" d'Al Watan Al An

En savoir plus

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

FRANCE

Aucune suppression d'emploi en 2010 et 2011, assure Pécresse

Dernière modification : 27/02/2009

Alors que le mouvement de grève se poursuit depuis trois semaines dans les universités françaises, la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse, a annoncé qu'aucun emploi ne sera supprimé en 2010-2011.

AFP - La ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Pécresse a affirmé mercredi sur France Info qu'il n'y aurait pas de "suppression d'emplois en 2010-2011 dans l'université".

"Il n'y aura pas de suppression d'emplois en 2010-2011 dans l'université", a dit la ministre, signifiant ainsi que cette pause dans les suppressions de postes concernait tous les emplois et pas seulement ceux d'enseignants-chercheurs".

Mme Pécresse a apporté cette précision alors que François Fillon s'est engagé, dans un communiqué, à ce qu'"aucune suppression d'emploi d'enseignant-chercheur" ne soit "effectuée en 2010 et 2011", à l'issue d'une réunion avec Mme Pécresse et les présidents d'université.

"Cette décision est de nature à rassurer tous les enseignants-chercheurs à un moment où on est en train de changer leur statut", a ajouté la ministre.

Autrement dit, "la modernisation du statut des enseignants-chercheurs des universités ne sera pas là pour compenser de futures suppressions de postes", a-t-elle dit.

"C'est aussi de nature à rassurer les étudiants, par exemple l'Unef, qui tient énormément au plan +réussir en licence+ qui va demander beaucoup d'encadrement des élèves, du tutorat, du suivi", a poursuivi la ministre.

"Nous aurons un traitement exceptionnel", s'est félicité Mme Pécresse, alors qu'est menée actuellement une politique de non renouvellement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.
 

Première publication : 25/02/2009

COMMENTAIRE(S)