Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Surpopulation, discrimination… Les prisons américaines à l’heure de la réforme

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Des polémiques françaises : Valls chante Marianne aux seins nus, Macron quitte Bercy

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'attente des résultats de la présidentielle se prolonge dans l'appréhension à Libreville

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

La campagne électorale menace-t-elle la reprise ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'écrivain Yasmina Khadra, amoureux de Cuba

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Dilma Roussef : discours émouvant, mais sans plus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Présidentielle 2017 : "des patrons sans illusion"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Dissimulation fiscale : Apple pourrait écoper d’une amende record

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Jean-Pierre Chevènement embourbé dans les gaffes

En savoir plus

Economie FRANCE

L'État va entrer à hauteur de 20% dans le capital du 2e groupe bancaire

Dernière modification : 26/02/2009

L'État va entrer à hauteur de 20%, sous forme d'actions de préférence, dans le capital du futur groupe Caisse d'épargne - Banque populaire. Nicolas Sarkozy a défendu la nomination de l'un de ses proches, François Pérol, à la tête du groupe.

REUTERS - L'Etat français détiendra à terme 20% du capital du nouveau groupe issu du rapprochement des Banques populaires et des Caisses d'épargne, a-t-on appris mardi soir à l'Elysée, qui a estimé qu'un tel niveau de participation justifiait l'intérêt qu'elle portait au choix de son management.

La présidence de la République a défendu dans le même temps le choix controversé, qui devrait être entériné ce mercredi, du secrétaire général adjoint de l'Elysée, François Pérol, comme dirigeant opérationnel (président du directoire) de ce géant bancaire.

"On va vraisemblablement entrer à hauteur de 20% du capital (...) on ne va pas entrer en actions tout de suite, ce seront d'abord des actions de préférence", a-t-on indiqué à l'Elysée.
"On apporte de l'argent, on se fait rémunérer et après on transforme ces actions en actions véritables le moment venu", a-t-on encore déclaré, ajoutant : "Quand on prend 20% du capital, c'est normal qu'on regarde le management".
A l'Elysée, on estime que le choix de François Pérol, un ancien haut fonctionnaire qui a acquis une expérience de banquier d'affaires chez Rothschild & Cie, s'imposait.

"Il fallait un banquier, il fallait un politique pour naviguer entre la Caisse d'épargne et la Banque populaire, il fallait quelqu'un de jeune, il fallait quelqu'un qui a de l'expérience. Qui y a-t-il d'autre sur le marché ?", a-t-on déclaré, pour ajouter : "C'est un garçon remarquable, il est honnête, il n'a aucune casserole".

La présidence de la République a encore assuré que le président de la commission de déontologie du service public, qui doit se prononcer sur les transferts de hauts fonctionnaires vers le privé, avait assuré dans un courrier que la nomination de François Pérol ne posait aucun "inconvénient pénal".

Les Banques populaires et les Caisses d'épargne, devraient détailler les modalités de leur projet de rapprochement dans la foulée de la publication de leurs résultats annuels prévue jeudi.

Les deux groupes ont déjà reçu ensemble près de deux milliards d'euros d'aides publiques dans le cadre de la première tranche de soutien au secteur bancaire français et l'Etat pourrait leur apporter jusqu'à cinq milliards d'euros de plus en échange de sa prise de participation.
François Pérol serait remplacé auprès du chef de l'Etat par Xavier Musca, actuel directeur du Trésor, selon Le Monde.
 

Première publication : 25/02/2009

COMMENTAIRE(S)