Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Martin remporte la 9e étape, le Français Gallopin en jaune

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Economie FRANCE

L'État va entrer à hauteur de 20% dans le capital du 2e groupe bancaire

©

Dernière modification : 26/02/2009

L'État va entrer à hauteur de 20%, sous forme d'actions de préférence, dans le capital du futur groupe Caisse d'épargne - Banque populaire. Nicolas Sarkozy a défendu la nomination de l'un de ses proches, François Pérol, à la tête du groupe.

REUTERS - L'Etat français détiendra à terme 20% du capital du nouveau groupe issu du rapprochement des Banques populaires et des Caisses d'épargne, a-t-on appris mardi soir à l'Elysée, qui a estimé qu'un tel niveau de participation justifiait l'intérêt qu'elle portait au choix de son management.

La présidence de la République a défendu dans le même temps le choix controversé, qui devrait être entériné ce mercredi, du secrétaire général adjoint de l'Elysée, François Pérol, comme dirigeant opérationnel (président du directoire) de ce géant bancaire.

"On va vraisemblablement entrer à hauteur de 20% du capital (...) on ne va pas entrer en actions tout de suite, ce seront d'abord des actions de préférence", a-t-on indiqué à l'Elysée.
"On apporte de l'argent, on se fait rémunérer et après on transforme ces actions en actions véritables le moment venu", a-t-on encore déclaré, ajoutant : "Quand on prend 20% du capital, c'est normal qu'on regarde le management".
A l'Elysée, on estime que le choix de François Pérol, un ancien haut fonctionnaire qui a acquis une expérience de banquier d'affaires chez Rothschild & Cie, s'imposait.

"Il fallait un banquier, il fallait un politique pour naviguer entre la Caisse d'épargne et la Banque populaire, il fallait quelqu'un de jeune, il fallait quelqu'un qui a de l'expérience. Qui y a-t-il d'autre sur le marché ?", a-t-on déclaré, pour ajouter : "C'est un garçon remarquable, il est honnête, il n'a aucune casserole".

La présidence de la République a encore assuré que le président de la commission de déontologie du service public, qui doit se prononcer sur les transferts de hauts fonctionnaires vers le privé, avait assuré dans un courrier que la nomination de François Pérol ne posait aucun "inconvénient pénal".

Les Banques populaires et les Caisses d'épargne, devraient détailler les modalités de leur projet de rapprochement dans la foulée de la publication de leurs résultats annuels prévue jeudi.

Les deux groupes ont déjà reçu ensemble près de deux milliards d'euros d'aides publiques dans le cadre de la première tranche de soutien au secteur bancaire français et l'Etat pourrait leur apporter jusqu'à cinq milliards d'euros de plus en échange de sa prise de participation.
François Pérol serait remplacé auprès du chef de l'Etat par Xavier Musca, actuel directeur du Trésor, selon Le Monde.
 

Première publication : 25/02/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)