Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Asie - pacifique

Plusieurs inculpations suite aux attaques de Bombay

Dernière modification : 26/02/2009

Le Pakistanais Kassab, seul présumé auteur encore vivant des attaques de Bombay, a été inculpé mercredi par la police indienne de "meurtre" et de "déclenchement d'une guerre contre l'Inde", tout comme deux de ses complices présumés.

AFP - La police indienne a inculpé mercredi de meurtre et "de déclenchement d'une guerre contre l'Inde" le seul auteur encore vivant des attentats qui avaient fait 165 morts à Bombay, fin novembre.

Le ressortissant pakistanais Mohammed Ajmal Amir Iman, connu également sous le nom de Kassab, "a été inculpé de meurtre, tentative de meurtre, dégâts à des biens publics, activités illégales et actes terroristes", a annoncé le procureur en chef Ujjwal Nikam.

Iman, qui a également été inculpé pour "avoir déclenché une guerre contre l'Inde", n'était pas présent au tribunal pour des raisons de sécurité, ont indiqué des responsables.

Deux complices présumés, Fahim Ansari et Sabauddin Ahmed, ont été inculpés des mêmes charges, a déclaré M. Nikam à la presse.

Ces deux hommes ont assisté au tribunal à l'énoncé des charges pesant contre eux. Iman recevra, quant à lui, une copie de l'acte d'inculpation en prison, a ajouté le procureur.

Les inculpés s'ils sont condamnés pourraient encourir la peine de mort.

Au total, 165 personnes avaient été tuées et 308 blessées lorsque dix hommes armés, avaient attaqué plusieurs cibles à Bombay, la capitale économique de l'Inde, dont des hôtels de luxe, une gare ferroviaire, un café et un centre israélite, entre le 26 et le 29 novembre 2008.

Neuf des agresseurs, soupçonnés d'appartenir au Lashkar-e-Taiba (LeT), un groupe islamiste armé clandestin basé au Pakistan, avaient été tués.

"Nous espérons que le procès sera achevé d'ici trois à six mois", a déclaré M. Nikam. Aucune date n'a toutefois été fixée pour le début du procès.

"Au vu de l'ampleur de l'affaire, des enquêtes supplémentaires sont nécessaires. Nous élargirons le champ des inculpations", a-t-il poursuivi.

M. Nikam a indiqué que 35 autres suspects avaient été cités mais il ne les pas indentifiés et n'a pas précisé quelles charges pesaient contre eux.

Aux termes de la loi indienne, l'acte d'inculpation d'un suspect doit être présenté à la cour dans un délai de 90 jours après son arrestation. Iman avait été arrêté le 28 novembre.

A la suite de ces attentats, l'Inde, New Delhi, qui accuse le Lashkar-e-Taiba (LeT) d'en être à l'origine, et le Pakistan ont gelé un laborieux processus de paix amorcé depuis cinq ans entre les deux puissances nucléaires rivales.

Le Pakistan a reconnu pour la première fois ce mois-ci que les attaques de Bombay avaient été planifiées en partie sur son territoire et que le seul suspect encore vivant était un ressortissant pakistanais.

Selon des informations publiées dans la presse, Iman est originaire du district déshérité d'Okara de la province du Pendjab.
 

Première publication : 26/02/2009

COMMENTAIRE(S)