Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

Reportages

L'effondrement du système de santé grec

Vidéo par Alexia KEFALAS

Texte par Alexia KEFALAS

Dernière modification : 28/02/2009

Hôpitaux publics fonctionnant au ralenti, médecins, infirmiers, chirurgiens et fournisseurs à l'arrêt... Face à l'effondrement du système de santé du pays, les syndicats hospitaliers ont lancé un vaste mouvement de grève.

Les hôpitaux publics grecs fonctionnent au service minimum. Lancé à l’origine par les médecins hospitaliers, le mouvement a gagné les infirmiers, les chirurgiens et même les fournisseurs. Au cœur des revendications : le manque de moyens et de personnels, et plus récemment la rupture d'approvisionnement en matériels de soins à la suite de non-paiements.

 

 

"On ne peut pas continuer de fournir sans être payés, affirme Panagiotis Stavrolemos, le président des fournisseurs des hôpitaux publics. "Nos propres fournisseurs ne nous approvisionnent plus. Cela fait quatre ans qu'on attend d'être payés. Les dettes de l'Etat envers l'ensemble des fournisseurs s'élèvent à 1,5 milliard d'euros. C'est impossible de survivre avec cet arriéré."


Interventions chirurgicales annulées


Sans compresses, ni seringues, ni médicaments, les interventions chirurgicales sont toutes retardées et parfois annulées. Les médecins craignent une dégradation très rapide de la situation, comme Stathis Tsoukalos, le président des médecins hospitaliers de Grèce. "Toutes les branches du secteur de la santé sont en colère. L'Etat doit de l'argent à tout le monde. Sans matériel, sans personnel et sans dormir, on ne peut pas travailler. On va vers le chaos", s’inquiète-t-il.


Cette dette s'élèverait, selon les experts, à plus de 4 milliards d’euros. Dimitri Avramopoulos, le ministre de la Santé, invoque la crise économique mondiale. Mais l'opinion publique dénonce un système corrompu et défaillant. En cas d'urgence, les Grecs se tournent vers le secteur privé. Mais si la prise en charge est immédiate, les tarifs sont très sélectifs.


L'opposition au gouvernement conservateur appelle à une reforme complète du système avec plus de moyens et transparence. "57% des dépenses globales de santé vont pour le secteur privé, s’indigne Thanassis Leventis, un député de la coalition de gauche Syriza. Comparés aux autres pays européens, la part des financements attribués à la santé est très faible dans le budget national. Le gouvernement ne peut plus s'en tenir à des promesses en l'air pour sortir de l'impasse."

 

Première publication : 26/02/2009

COMMENTAIRE(S)