Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Christine Salem, la voix du Maloya

En savoir plus

FOCUS

Dans les coulisses du spectacle chorégraphique du 14 juillet

En savoir plus

SUR LE NET

Israël : des selfies dans les abris anti-bombes

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Une mini tournée africaine pour François Hollande

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

14 juillet : célébrations nationales et centenaire de la Grande Guerre

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Lamberto Zannier, secrétaire général de l'OSCE

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Santé : l'Europe perturbée par des substances toxiques

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Raid Fahmi, ex-ministre irakien des Sciences et Technologies

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • Disparition de Nadine Gordimer, l'écrivaine nobelisée et anti-apartheid

    En savoir plus

  • Poursuite des raids israéliens à Gaza, les offres de médiation se multiplient

    En savoir plus

  • Tour de France : victime d'une chute, Alberto Contador abandonne

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : "Il n'est jamais trop tard pour rétablir l'histoire"

    En savoir plus

  • Vidéo : À Bamako, on préserve la mémoire des soldats maliens de la Grande Guerre

    En savoir plus

  • L’armée ukrainienne progresse vers Lougansk

    En savoir plus

  • En images : les meilleurs moments du Mondial

    En savoir plus

  • Vidéo : le Costa Concordia flotte de nouveau

    En savoir plus

  • François Hollande promet des réformes urgentes et des baisses d'impôts

    En savoir plus

  • À Nice, les rassemblements pro-palestiniens interdits par la préfecture

    En savoir plus

  • Chine : des enfants-ouvriers dans l'usine d'un fournisseur de Samsung

    En savoir plus

  • La banque Citigroup paiera sept milliards de dollars pour éviter un procès

    En savoir plus

  • Scènes de liesse à Berlin, tristesse et violences à Buenos Aires

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien entaché de heurts

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : le Français Paul Pogba élu meilleur jeune joueur

    En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • Vidéo : hommage au dernier tirailleur sénégalais de la Grande Guerre

    En savoir plus

  • Vidéo : le champ de bataille des Dardanelles, un lieu de pèlerinage en Turquie

    En savoir plus

Reportages

L'effondrement du système de santé grec

©

Vidéo par Alexia KEFALAS

Texte par Alexia KEFALAS

Dernière modification : 28/02/2009

Hôpitaux publics fonctionnant au ralenti, médecins, infirmiers, chirurgiens et fournisseurs à l'arrêt... Face à l'effondrement du système de santé du pays, les syndicats hospitaliers ont lancé un vaste mouvement de grève.

Les hôpitaux publics grecs fonctionnent au service minimum. Lancé à l’origine par les médecins hospitaliers, le mouvement a gagné les infirmiers, les chirurgiens et même les fournisseurs. Au cœur des revendications : le manque de moyens et de personnels, et plus récemment la rupture d'approvisionnement en matériels de soins à la suite de non-paiements.

 

 

"On ne peut pas continuer de fournir sans être payés, affirme Panagiotis Stavrolemos, le président des fournisseurs des hôpitaux publics. "Nos propres fournisseurs ne nous approvisionnent plus. Cela fait quatre ans qu'on attend d'être payés. Les dettes de l'Etat envers l'ensemble des fournisseurs s'élèvent à 1,5 milliard d'euros. C'est impossible de survivre avec cet arriéré."


Interventions chirurgicales annulées


Sans compresses, ni seringues, ni médicaments, les interventions chirurgicales sont toutes retardées et parfois annulées. Les médecins craignent une dégradation très rapide de la situation, comme Stathis Tsoukalos, le président des médecins hospitaliers de Grèce. "Toutes les branches du secteur de la santé sont en colère. L'Etat doit de l'argent à tout le monde. Sans matériel, sans personnel et sans dormir, on ne peut pas travailler. On va vers le chaos", s’inquiète-t-il.


Cette dette s'élèverait, selon les experts, à plus de 4 milliards d’euros. Dimitri Avramopoulos, le ministre de la Santé, invoque la crise économique mondiale. Mais l'opinion publique dénonce un système corrompu et défaillant. En cas d'urgence, les Grecs se tournent vers le secteur privé. Mais si la prise en charge est immédiate, les tarifs sont très sélectifs.


L'opposition au gouvernement conservateur appelle à une reforme complète du système avec plus de moyens et transparence. "57% des dépenses globales de santé vont pour le secteur privé, s’indigne Thanassis Leventis, un député de la coalition de gauche Syriza. Comparés aux autres pays européens, la part des financements attribués à la santé est très faible dans le budget national. Le gouvernement ne peut plus s'en tenir à des promesses en l'air pour sortir de l'impasse."

 

Première publication : 26/02/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)