Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La Toile réagit au discours de Barack Obama sur l'EIIL

En savoir plus

SUR LE NET

Le web révolutionne le journalisme d'investigation

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy : Chronique d'un retour annoncé

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 12 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 12 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le PS dans la tourmente

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Emma Stone et Colin Firth nous jouent un tour dans "Magic in the moonlight"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

FOCUS

Un siècle après, que reste-t-il de la présence allemande en Namibie ?

En savoir plus

  • Paris s'apprête à accueillir la conférence internationale sur l'État islamique

    En savoir plus

  • EI : "Ce ne sont pas des musulmans mais des monstres", affirme Cameron

    En savoir plus

  • Mondial de basket : la "team USA" seule au monde

    En savoir plus

  • Législatives suédoises : la gauche en tête, poussée de l'extrême droite

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Lille prend la tête, l’OM revient

    En savoir plus

  • Objecteurs de conscience en Israël : 200 vétérans défendent leur unité

    En savoir plus

  • Grève chez Air France : journée noire attendue lundi

    En savoir plus

  • Les pro-russes menacent le processus de paix dans l'est de l'Ukraine, selon Kiev

    En savoir plus

  • Tour d’Espagne : le troisième sacre d’Alberto Contador

    En savoir plus

  • Webdocumentaire : Chibanis, l’éternel exil des travailleurs maghrébins

    En savoir plus

  • Corée du Nord : l'Américain Matthew Miller condamné aux travaux forcés

    En savoir plus

  • Plus de 900 résidents français impliqués dans le jihad

    En savoir plus

  • En images : Roland-Garros en fête pour la Coupe Davis

    En savoir plus

  • Corse : attentat contre une discothèque du Club Med

    En savoir plus

  • Mondial de basket : la France remporte une médaille de bronze historique

    En savoir plus

Reportages

L'effondrement du système de santé grec

Vidéo par Alexia KEFALAS

Texte par Alexia KEFALAS

Dernière modification : 28/02/2009

Hôpitaux publics fonctionnant au ralenti, médecins, infirmiers, chirurgiens et fournisseurs à l'arrêt... Face à l'effondrement du système de santé du pays, les syndicats hospitaliers ont lancé un vaste mouvement de grève.

Les hôpitaux publics grecs fonctionnent au service minimum. Lancé à l’origine par les médecins hospitaliers, le mouvement a gagné les infirmiers, les chirurgiens et même les fournisseurs. Au cœur des revendications : le manque de moyens et de personnels, et plus récemment la rupture d'approvisionnement en matériels de soins à la suite de non-paiements.

 

 

"On ne peut pas continuer de fournir sans être payés, affirme Panagiotis Stavrolemos, le président des fournisseurs des hôpitaux publics. "Nos propres fournisseurs ne nous approvisionnent plus. Cela fait quatre ans qu'on attend d'être payés. Les dettes de l'Etat envers l'ensemble des fournisseurs s'élèvent à 1,5 milliard d'euros. C'est impossible de survivre avec cet arriéré."


Interventions chirurgicales annulées


Sans compresses, ni seringues, ni médicaments, les interventions chirurgicales sont toutes retardées et parfois annulées. Les médecins craignent une dégradation très rapide de la situation, comme Stathis Tsoukalos, le président des médecins hospitaliers de Grèce. "Toutes les branches du secteur de la santé sont en colère. L'Etat doit de l'argent à tout le monde. Sans matériel, sans personnel et sans dormir, on ne peut pas travailler. On va vers le chaos", s’inquiète-t-il.


Cette dette s'élèverait, selon les experts, à plus de 4 milliards d’euros. Dimitri Avramopoulos, le ministre de la Santé, invoque la crise économique mondiale. Mais l'opinion publique dénonce un système corrompu et défaillant. En cas d'urgence, les Grecs se tournent vers le secteur privé. Mais si la prise en charge est immédiate, les tarifs sont très sélectifs.


L'opposition au gouvernement conservateur appelle à une reforme complète du système avec plus de moyens et transparence. "57% des dépenses globales de santé vont pour le secteur privé, s’indigne Thanassis Leventis, un député de la coalition de gauche Syriza. Comparés aux autres pays européens, la part des financements attribués à la santé est très faible dans le budget national. Le gouvernement ne peut plus s'en tenir à des promesses en l'air pour sortir de l'impasse."

 

Première publication : 26/02/2009

COMMENTAIRE(S)