Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: des morts trop télégéniques

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique - forum pour la paix : comment relever le défi de la réconciliation nationale ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine - l'UE contre la Russie : les "mistral" plus forts que les sanctions ?

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 2)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le Festival de Carthage souffle ses 50 bougies !

En savoir plus

FOCUS

Angela Merkel au sommet de son pouvoir?

En savoir plus

MODE

Les collections de l'été 2015 déjà au salon Who's Next à Paris

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Xavier Bettel, Premier ministre luxembourgeois

En savoir plus

  • Vidéo : à Khan Younès, les cortèges funéraires se succèdent

    En savoir plus

  • Gaza : "Nous devons aller jusqu'au bout de la mission", prévient Israël

    En savoir plus

  • Tour de France : Thibaut Pinot, une dose de "combativité", une dose de "déconne"

    En savoir plus

  • Plusieurs compagnies aériennes annulent leurs vols vers Israël

    En savoir plus

  • Violences à Sarcelles : quatre personnes condamnées à de la prison ferme

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les boîtes noires vont être analysées au Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Les négociations de paix en Centrafrique tournent court à Brazzaville

    En savoir plus

  • Londres relance l'enquête sur la mort de l'ex-espion russe Litvinenko

    En savoir plus

  • Les télévisions libanaises unissent leur voix pour soutenir Gaza

    En savoir plus

  • Le FBI accusé de transformer des citoyens musulmans en terroristes

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : victoire du réformateur Joko Widodo

    En savoir plus

  • Paris confirme la livraison du premier Mistral à Moscou, le second en suspens

    En savoir plus

  • Transferts : le Colombien James Rodriguez quitte Monaco pour le Real Madrid

    En savoir plus

  • Gaza : l'armée israélienne annonce la disparition d'un de ses soldats

    En savoir plus

  • Dunga sélectionneur : le manque d’imagination du football brésilien

    En savoir plus

  • À Sarcelles, des dignitaires juifs et musulmans ont prié pour la paix

    En savoir plus

  • Transferts : Patrice Evra quitte Manchester United pour la Juventus Turin

    En savoir plus

  • Gaza : au Caire, Ban Ki-moon et Kerry veulent arracher un cessez-le-feu

    En savoir plus

Reportages

L'effondrement du système de santé grec

Vidéo par Alexia KEFALAS

Texte par Alexia KEFALAS

Dernière modification : 28/02/2009

Hôpitaux publics fonctionnant au ralenti, médecins, infirmiers, chirurgiens et fournisseurs à l'arrêt... Face à l'effondrement du système de santé du pays, les syndicats hospitaliers ont lancé un vaste mouvement de grève.

Les hôpitaux publics grecs fonctionnent au service minimum. Lancé à l’origine par les médecins hospitaliers, le mouvement a gagné les infirmiers, les chirurgiens et même les fournisseurs. Au cœur des revendications : le manque de moyens et de personnels, et plus récemment la rupture d'approvisionnement en matériels de soins à la suite de non-paiements.

 

 

"On ne peut pas continuer de fournir sans être payés, affirme Panagiotis Stavrolemos, le président des fournisseurs des hôpitaux publics. "Nos propres fournisseurs ne nous approvisionnent plus. Cela fait quatre ans qu'on attend d'être payés. Les dettes de l'Etat envers l'ensemble des fournisseurs s'élèvent à 1,5 milliard d'euros. C'est impossible de survivre avec cet arriéré."


Interventions chirurgicales annulées


Sans compresses, ni seringues, ni médicaments, les interventions chirurgicales sont toutes retardées et parfois annulées. Les médecins craignent une dégradation très rapide de la situation, comme Stathis Tsoukalos, le président des médecins hospitaliers de Grèce. "Toutes les branches du secteur de la santé sont en colère. L'Etat doit de l'argent à tout le monde. Sans matériel, sans personnel et sans dormir, on ne peut pas travailler. On va vers le chaos", s’inquiète-t-il.


Cette dette s'élèverait, selon les experts, à plus de 4 milliards d’euros. Dimitri Avramopoulos, le ministre de la Santé, invoque la crise économique mondiale. Mais l'opinion publique dénonce un système corrompu et défaillant. En cas d'urgence, les Grecs se tournent vers le secteur privé. Mais si la prise en charge est immédiate, les tarifs sont très sélectifs.


L'opposition au gouvernement conservateur appelle à une reforme complète du système avec plus de moyens et transparence. "57% des dépenses globales de santé vont pour le secteur privé, s’indigne Thanassis Leventis, un député de la coalition de gauche Syriza. Comparés aux autres pays européens, la part des financements attribués à la santé est très faible dans le budget national. Le gouvernement ne peut plus s'en tenir à des promesses en l'air pour sortir de l'impasse."

 

Première publication : 26/02/2009

COMMENTAIRE(S)