Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Israël : les dirigeants "ont de nouveau ignoré les signes avant-coureurs de violences"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Conférence mondiale sur le sida : Washington appelé à maintenir son aide financière

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Conférence mondiale sur le sida : "Un sommet de la recherche à Paris"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Jeux de la Francophonie : quelque 4 000 athlètes réunis à Abidjan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Claude Rich, un comédien unique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Venezuela : la fin du chavisme ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Russie, immigration, Obamacare : six mois de Trump, un président désavoué ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

50 Cent, rencontre avec un rappeur hors norme

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le bistrot, une tradition française qui se perd

En savoir plus

EUROPE

Berlusconi pourrait être poursuivi pour sexisme

Dernière modification : 27/02/2009

Offusquées par certains propos "sexistes" d'"Il Cavaliere", deux députés italiennes ont menacé de déposer plainte devant la Cour européenne des droits de l'Homme contre le président du Conseil italien pour atteintes à la dignité des femmes.

AFP - Une députée et une eurodéputée de gauche italiennes ont annoncé vendredi qu'elles portaient plainte devant la Cour européenne de Strasbourg contre le chef du gouvernement Silvio Berlusconi qu'elles accusent d'avoir tenu des propos sexistes.
  
"Nous portons plainte contre Silvio Berlusconi pour violation des articles 8 et 14 de la Convention européenne des droits de l'Homme à cause de ses déclarations répétées dans lesquelles il méprise la dignité des femmes", indiquent dans un communiqué la députée du Parti démocrate Anna Paola Concia et l'eurodéputée Donata Gottardi.
  
La plainte sera déposée lundi, a précisé à l'AFP Mme Concia.
  
"Berlusconi a violé à plusieurs reprises la dignité des femmes", souligne-t-elle, citant sa blague sur les "belles filles italiennes" alors qu'il parlait du viol des femmes fin janvier ou de la suggestion faite lors d'une émission télévisée au printemps dernier à une étudiante en situation précaire d'épouser un millionnaire.
  
La députée évoque également la plaisanterie qu'aurait fait mardi le chef du gouvernement italien à son homologue français Nicolas Sarkozy à propos de son épouse lors du sommet franco-italien à Rome.
  
Alors que M. Sarkozy s'exprimait devant la presse sur le bilan du sommet, M. Berlusconi lui aurait glissé à voix basse "Moi je t'ai donné ta femme" dans une allusion à l'origine italienne de Carla Bruni-Sarkozy, selon la presse locale qui cite une interprétation de la télévision française Canal Plus qui aurait reconstitué les paroles prononcées par le Cavaliere.
  
Le chef de l'Etat français avait ensuite dit qu'il ne "pouvait pas répéter" les propos de M. Berlusconi.
  
Le gouvernement italien a démenti vendredi soir dans un communiqué que M. Berlusconi avait prononcé cette phrase, affirmant qu'il avait dit à M. Sarkozy "tu sais que j'ai étudié à la Sorbonne".
  
"Il ne s'agit pas que de blagues. M. Berlusconi n'est pas un citoyen quelconque, et il ne peut s'exprimer comme tel", a insisté la députée.
  
"Vous imaginez d'autres chefs de gouvernement européens faire des blagues pareilles?" ajoute-t-elle, dénonçant en outre la "culture machiste qui règne en Italie".
  
La ministre pour l'Egalité des chances Mara Carfagna, ex-candidate à Miss Italie, a pris la défense du Cavaliere.
  
Elle a rappelé les mesures prises par le gouvernement en faveur des femmes, "plus nombreuses que jamais auparavant", notamment la création d'un délit de harcèlement sexuel et une répression pénale plus dure contre les violeurs.

Première publication : 27/02/2009

COMMENTAIRE(S)