Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : 1 mort, 25 blessés dans les manifestations

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le PS sans abri

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Carles Puigdemont : "La porte est ouverte pour dialoguer avec Madrid"

En savoir plus

LE DÉBAT

Accord sur le nucléaire iranien : la menace du retrait américain ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Accord sur le nucléaire iranien : la menace du retrait américain ?

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : les universités, nouveaux viviers du terrorisme ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Touadéra : "Le départ de la force Sangaris de Centrafrique était prématuré"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le retour de "Ça" sur grand écran

En savoir plus

FACE À FACE

Emmanuel Macron à l'ONU : le président français face au monde

En savoir plus

Reportages

Avec les douaniers de l’aéroport Charles-de-Gaulle

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/10/2009

Tous les ans, 61 millions de passagers et plus de deux millions de tonnes de fret transitent par l’aéroport parisien Charles-de-Gaulle. Le contrôle des hommes et des marchandises mobilise 1 300 douaniers 24 heures sur 24.

L'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, au nord de Paris, est aujourd'hui l'un des plus grands du monde. Plus de 60 millions de passagers y transitent chaque année mais "CDG" est également une plateforme de fret. Les douanes françaises surveillent étroitement les colis en provenance du monde entier. En 2007, les autorités y ont saisi près d'une tonne de cocaïne.

La drogue transite par des "mules", des passeurs qui rivalisent d’astuces pour faire passer la marchandise. Des techniques que commence à connaître Philippe Bargain, médecin à l’aéroport. Il montre une radio tachetée de points blancs : "ça, c’est un ingéreur, un type qui a avalé une cinquantaine de boulette, (…) on en voit une dizaine à une quizaine par mois."

Mais les douanes trouvent aussi régulièrement au cours de leurs contrôles des contrefaçons de produits de luxe, du matériel électronique, de médicaments, et des cigarettes de contrebande.

Dans les hangars de fret, les douaniers se livrent à une véritable course contre-la-montre. La marchandise ne reste que quelques heures sur place.

Pour cibler une expédition frauduleuse, les agents se fient à des indices tels que la destination, la provenance ou le poids. Ils s’aident ensuite des rayons X et de chiens.

Première publication : 27/02/2009

COMMENTAIRE(S)