Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Nouvelle journée de raids israéliens sur Gaza

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

Moyen-Orient

Livni refuse de participer à un gouvernement Netanyahou

©

Vidéo par Pauline GODART

Dernière modification : 27/02/2009

La chef du parti centriste Kadima, Tzipi Livni, a confirmé ne pas vouloir participer au gouvernement d'union formé par le Premier ministre pressenti, Benjamin Netanyahou, hostile à la création d'un État palestinien.

AFP - Israël s'apprête à se doter d'un gouvernement restreint le plus à droite de son histoire, dirigé par le chef du Likoud Benjamin Netanyahu, après l'échec avéré des tentatives de former une coalition élargie.

Le Premier ministre pressenti, hostile à la création d'un Etat palestinien au moins dans un avenir envisageable, a affirmé vendredi qu'il n'y avait pas de possibilité d'un gouvernement d'union, en rejetant la faute sur la chef du parti centriste Kadima, Tzipi Livni.

"J'ai fait tout mon possible pour parvenir à l'union tant est elle importante face aux défis sécuritaires et économiques auxquels fait face Israël. A mon grand regret, je me suis heurté à une fin de non recevoir catégorique de Mme Livni", a dit M. Netanyahu.

"Avant et après les élections, j'avais promis d'agir pour un gouvernement d'union et en conséquence de quoi j'étais prêt à aller très loin dans la voie des concessions", a-t-il dit après un entretien à Tel-Aviv avec la chef de la diplomatie du gouvernement sortant.

Mme Livni a annoncé pour sa part qu'elle ne participerait pas à un gouvernement dirigé par M. Netanyahu.

"Notre rencontre s'est achevée sans accord sur les questions essentielles", a-t-elle dit en se présentant comme le chef d'une "opposition responsable" à même de soutenir le gouvernement ponctuellement "face aux menaces contre Israël".

Cette impasse sonne le glas d'une coalition élargie voulue par Netanyahu pour éviter de constituer un gouvernement restreint très marqué à droite et fondé sur une majorité parlementaire de 65 députés sur 120.

Le chef du Likoud avait été officiellement chargé le 20 février par le président Shimon Peres de former le prochain cabinet au plus tard d'ici le 3 avril, délai légal pour obtenir l'investiture au Parlement.

Mme Livni, qui espérait dans un premier temps se voir confier la tâche de former un gouvernment, avait expliqué son refus en estimant qu'un cabinet Netanyahu bloquerait toute chance de relance du processus de paix par son opposition à la création d'un Etat palestinien au côté d'Israël.

Elle a maintenu cette position en dépit de sondages d'opinion montrant qu'une nette majorité d'Israéliens et particulièrement de votants du Kadima préféraient un gouvernement d'union et malgré des voix discordantes dans son parti de la part de dirigeants peu enclins à se trouver dans l'opposition.

"Netanyahu ne croit pas au processus de paix et est prisonnier des visions traditionnelles de la droite" hostile à un retrait en Cisjordanie occupée, avait dit la chef de la diplomatie du cabinet sortant au quotidien Maariv.

M. Netanyahu se défend de refuser un dialogue avec les Palestiniens, tout en s'opposant au principe de "deux Etats pour deux peuples".

Le chef de son principal parti allié, Israël Beiteinou (15 sièges), Avigdor Lieberman, qui brigue le ministère des Affaires étrangères, s'est pour sa part efforcé de corriger son image de populiste d'extrême droite.

Dans une interview au journal américain Jewish Week, M. Lieberman, originaire d'ex-URSS, s'est déclaré en faveur de la "création d'un Etat palestinien viable", s'est défendu d'être un "extrémiste de droite" et a promis de "travailler avec le président (américain) Barack Obama".

Lieberman s'est taillé une réputation d'"homme fort" prêt à expulser les Arabes qui ne prêteraient pas allégeance à Israël et a affirmé qu'Israël confrontée au Hamas, au pouvoir à Gaza, devait s'inspirer de l'exemple de la Russie en Tchétchénie.

Première publication : 27/02/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)