Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Un rappeur et un entrepreneur en quête d’identité européenne (partie 2)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Un rappeur et un entrepreneur en quête d’identité européenne (partie 1)

En savoir plus

LE DÉBAT

Bonus, primes, retraites chapeaux... des "cadeaux" empoisonnés ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Réforme de l’éducation : le gouvernement doit-il revoir sa copie ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : l'ex-rebelle Ntaganda maintient son innocence à la veille de son procès à la CPI

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"To be or not to be dans l'UE"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prime à la casse"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rentrée scolaire : le premier jour d'école se raconte sur Twitter

En savoir plus

FOCUS

De la Macédoine à la Hongrie : le périple des migrants vers l’Europe occidentale

En savoir plus

Moyen-Orient

Première visite de Blair à Gaza pour le compte du Quartette

Dernière modification : 01/03/2009

Tony Blair s'est rendu dans la bande de Gaza pour la première fois depuis sa nomination au poste de représentant du Quartette pour le Proche-Orient. Il y a notamment rencontré des représentants de la société civile.

AFP - L'ex-Premier ministre britannique Tony Blair a effectué dimanche sa première visite dans la bande de Gaza depuis sa nomination au poste de représentant du Quartette pour le Proche-Orient, a constaté un journaliste de l'AFP.

"J'ai voulu entendre par moi-même les gens de Gaza dont les vies ont été si durement frappées par le récent conflit", a déclaré M. Blair lors d'une visite d'une école de Beit Hanoun (nord de la bande de Gaza) gérée par les Nations unies.

Cette visite intervient à la veille de la conférence de donateurs internationaux qui se réunissent lundi à Charm el-Cheikh, en Egypte, pour reconstruire la bande de Gaza après l'offensive israélienne dévastatrice qui y a fait 1.330 morts.

Le Quartette international pour le Proche-Orient (ONU, Etats-Unis, Union européenne et Russie) se réunira à Charm el-Cheikh, en marge de la conférence.

"Ce sont ces gens qui ont besoin d'être au centre de tous nos efforts pour la paix et le progrès à partir de maintenant", a ajouté l'ex-Premier ministre britannique.

"Je me ferai le relais de leur version des événements, de leur évaluation de ce qui est nécessaire pour la reconstruction, de leurs idées pour relancer un secteur privé vivace", a-t-il ajouté.

M. Blair a rencontré des représentants de la société civile de Gaza, des entrepreneurs et des responsables de l'autorité de gestion de l'eau dans le territoire palestinien.

La visite de M. Blair s'est déroulée parallèlement à celle du secrétaire d'Etat britannique au Développement international, Douglas Alexander, la première d'un responsable gouvernemental britannique depuis le violent coup de force du Hamas contre son rival du Fatah dans le territoire palestinien en juin 2007.

M. Alexander a promis une enveloppe de 34 millions d'euros pour la reconstruction de Gaza.

Tony Blair a été nommé représentant du Quartette en juin 2007. Il avait depuis lancé plusieurs projets dans les territoires palestiniens, dont celui resté au point mort, de la réfection d'un bassin d'eaux usées dans le nord de la bande de Gaza.

Une précédente visite de M. Blair dans le territoire palestinien, en juillet 2008, avait été annulée à la dernière minute en raison de "menaces spécifiques" sur sa sécurité.

Le Quartette refuse de discuter avec le Hamas, qui a remporté les élections parlementaires palestiniennes en 2006, et exige qu'il reconnaisse Israël, renonce à la violence armée contre l'Etat hébreu et accepte les précédents accords de paix signés entre Israéliens et Palestiniens.

Plusieurs responsables étrangers se sont rendus à Gaza depuis la fin de l'opération militaire israélienne dans le territoire palestinien le 18 janvier, dont le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, le sénateur américain John Kerry, le chef de la diplomatie européenne Javier Solana et le commissaire européen au Développement, Louis Michel ainsi que le ministre norvégien des Affaires étrangères Jonas Gahr Stoere.
 

Première publication : 01/03/2009

COMMENTAIRE(S)