Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Football: sanction démesurée pour Brandao ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Tchéky Karyo

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jacques Attali, président de PlaNet Finance

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jeff Koons, l'icône du néo-pop s'expose à Paris !

En savoir plus

FOCUS

Massacre de Thiaroye : une histoire toujours controversée, 70 ans après

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Réunion de l'Opep sous haute pression

En savoir plus

Moyen-Orient

Les promesses de dons s'élèvent à 4,5 milliards de dollars

Vidéo par Pauline GODART

Dernière modification : 03/03/2009

Réunie à Charm el-Cheikh, la communauté internationale a promis aux Palestiniens une aide de 4,5 milliards de dollars environ pour la reconstruction de Gaza. Elle a également appelé à l'ouverture de tous les points de passage.

AFP - La communauté internationale a promis lundi à Charm el-Cheikh (Egypte) une aide de 4,481 milliards de dollars pour la reconstruction de Gaza et la relance de l'économie palestinienne, a annoncé le chef de la diplomatie égyptienne, Ahmed Aboul Gheit.

"Nous avons recueilli aujourd'hui 4,481 milliards de dollars pour les deux prochaines années", a déclaré M. Aboul Gheit en lisant le communiqué final de la conférence, qui a réuni 75 donateurs internationaux dans la cité de la mer Rouge.

Il a affirmé qu'il s'agissait de nouvelles promesses d'aides et n'incluait pas des engagements qui avait été pris par le passé par les donateurs.

"Si on compte les promesses d'aides qui ont été réitérées on arriverait à 5,2 milliards" de dollars, a-t-il dit.

"Cela dépasse nos attentes", a-t-il souligné.

Ces fonds, ont souligné les donateurs, devront être distribués grâce à des mécanismes déjà en place, via l'Autorité palestinienne, seule reconnue internationalement, et non par le Hamas islamique, maître de Gaza depuis son coup de force de 2007.

L'Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas avait réclamé 2,8 mds de dollars d'aide à l'occasion de cette conférence organisée six semaines après la meurtrière et destructrice guerre de Gaza (27 décembre-18 janvier).

Selon ses experts, 1,33 md de dollars doivent être consacrés à la reconstruction de Gaza et à des projets de développement économique et 1,5 md à combler le déficit budgétaire 2009.

Parmi les grands donateurs figurent les Etats-Unis avec une aide de 900 millions de dollars, dont 300 millions sont destinés à la bande de Gaza via des ONG et l'ONU, le reste passant par l'Autorité palestinienne.

La Commission européenne s'est engagée à débloquer une aide de 554 millions de dollars pour les Palestiniens au titre de 2009, alors que l'Italie a annoncé une contribution de 100 millions de dollars sur quatre ans.

La France a signé lundi pour un déblocage immédiat de 25 millions d'euros d'aide budgétaire (31,6 M USD), la Grande-Bretagne ayant annoncé l'octroi supplémentaire de 45 millions de dollars depuis la guerre de Gaza.

Les monarchies du Golfe devraient eux donner 1,65 mds de dollars sur cinq ans, dont 1 md par l'Arabie saoudite.

Les pays donateurs de la "conférence de Paris", qui s'étaient revus en janvier, ont confirmé un engagement de 7,4 mds de dollars d'aide en trois ans (2008-2010) pour les Palestiniens, dont trois ont déjà été déboursés en 2008.

Parmi les autres pays qui ont annoncé des contributions figurent le Maroc et la Corée du Sud, avec 15 millions de dollars chacun, l'Australie (12,9 millions de dollars) et l'Irlande (2,6 millions de dollars).

La Russie a annoncé une aide en farine et médicaments, et de plus de 50 véhicules de transport, de troupes blindés ainsi que deux hélicoptères civils à l'Autorité palestinienne.

Ces aides vont transiter par des mécanismes internationaux de gestion déjà en place, en particulier l'instrument "Pegase" lancé en 2008 par l'Union européenne en collaboration avec l'Autorité palestinienne.

Il est mis en oeuvre par l'UE et coordonné sur place avec les Etats-membres et les autres partenaires internationaux non UE, y compris en matière de suivi, transparence et contrôle.

Première publication : 02/03/2009

COMMENTAIRE(S)