Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

EUROPE

Hongrie et Autriche n'auront pas à cultiver d'OGM

Dernière modification : 02/03/2009

La majorité des 27 pays de l'UE a refusé de suivre la Commission européenne dans sa recommandation de lever l'interdiction, en vigueur, de la culture de maïs génétiquement modifié - comme le demandait le géant américain Monsanto.

AFP - Une majorité de pays européens, inquiets pour l'environnement, ont refusé lundi de forcer l'Autriche et la Hongrie à cultiver un maïs génétiquement modifié de la firme américaine Monsanto, un revers pour la Commission européenne et une victoire pour la France.
  
Seuls cinq pays sur 27 - Royaume-Uni, Pays-Bas, Suède, Finlande et Estonie - ont soutenu la demande de la Commission de lever les "clauses de sauvegarde" décidées par l'Autriche et la Hongrie, lors d'un vote des ministres de l'Environnement de l'UE.
  
Une majorité qualifiée de 255 voix était nécessaire pour rejeter cette demande de l'exécutif européen. Si elle n'avait pas été atteinte, la Commission, qui invoquait le risque de plainte contre l'UE à l'OMC, pouvait imposer la levée des interdictions autrichienne et hongroise.
  
"C'est une victoire historique. Pour moi, c'est comme si l'Autriche était devenue championne d'Europe de football", s'est réjoui le ministre autrichien de l'Environnement, Nikolaus Berlakovich, reflétant le sentiment de toute la classe politique autrichienne.
  
Greenpeace s'est aussi félicité de l'"échec cuisant de la Commission".
  
"La protection de l'environnement et de la santé publique devrait toujours venir avant les intérêts financiers d'une poignée de sociétés agro-chimiques", a déclaré l'organisation.
  
Le vote de lundi est une très bonne nouvelle pour la France et la Grèce: elles peuvent maintenant espérer que leurs interdictions de cultiver ce maïs, qui doivent être soumises prochainement au vote des pays de l'UE, seront maintenues.
  
"Nous apprécierions hautement que le collège des commissaires fasse une lecture attentive du vote d'aujourd'hui", a ainsi averti le ministre français Jean-Louis Borloo.
  
"Compte tenu des interrogations des scientifiques et des citoyens sur les impacts environnementaux des OGM, nous souhaitons que soient maintenues les clauses de sauvegarde nationales jusqu'à ce qu'une décision soit prise sur le renouvellement éventuel des autorisations de ces OGM", a-t-il ajouté.
  
L'UE autorise la commercialisation des OGM. Mais une seule semence, le MON 810, a été homologuée pour la culture - en 1998, pour dix ans.
  
Le renouvellement de cette autorisation est en cours d'évaluation. L'Autorité européenne pour la sécurité des aliments (EFSA) a indiqué avoir demandé à Monsanto des "informations supplémentaires concernant l'impact environnemental".
  
M. Borloo a aussi déploré que le président de la Commission, José Manuel Barroso, ait tenté de passer en force alors que les gouvernements des 27 avaient appelé en décembre la Commission à recueillir une expertise plus large lors de l'examen des demandes d'autorisation d'OGM, en prenant en compte les structures agricoles et les particularités écologiques des régions européennes.
  
A trois mois des élections européennes, beaucoup de pays ne voulaient pas risquer de braquer l'opinion sur un sujet sensible comme les OGM.
  
Dès la semaine dernière, la présidence tchèque de l'UE avait appelé à faire preuve de "psychologie" sur une "question complexe".
  
"Je ne vois pas pourquoi on devrait suivre les intérêts d'une seule entreprise américaine et fâcher les citoyens des Etats membres", a encore  expliqué lundi le ministre allemand de l'Environnement, Sigmar Gabriel.
  
"Nous avons voté sur les rapports institutionnels entre la Commission et les Etats membres", a estimé après le vote l'Italienne Stefania Prestigiacomo.
  
"M. Barroso a pris un risque considérable. C'est un résultat très sévère pour lui", a souligné un responsable français sous couvert de l'anonymat.

Première publication : 02/03/2009

COMMENTAIRE(S)