Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

EUROPE

Hongrie et Autriche n'auront pas à cultiver d'OGM

Dernière modification : 02/03/2009

La majorité des 27 pays de l'UE a refusé de suivre la Commission européenne dans sa recommandation de lever l'interdiction, en vigueur, de la culture de maïs génétiquement modifié - comme le demandait le géant américain Monsanto.

AFP - Une majorité de pays européens, inquiets pour l'environnement, ont refusé lundi de forcer l'Autriche et la Hongrie à cultiver un maïs génétiquement modifié de la firme américaine Monsanto, un revers pour la Commission européenne et une victoire pour la France.
  
Seuls cinq pays sur 27 - Royaume-Uni, Pays-Bas, Suède, Finlande et Estonie - ont soutenu la demande de la Commission de lever les "clauses de sauvegarde" décidées par l'Autriche et la Hongrie, lors d'un vote des ministres de l'Environnement de l'UE.
  
Une majorité qualifiée de 255 voix était nécessaire pour rejeter cette demande de l'exécutif européen. Si elle n'avait pas été atteinte, la Commission, qui invoquait le risque de plainte contre l'UE à l'OMC, pouvait imposer la levée des interdictions autrichienne et hongroise.
  
"C'est une victoire historique. Pour moi, c'est comme si l'Autriche était devenue championne d'Europe de football", s'est réjoui le ministre autrichien de l'Environnement, Nikolaus Berlakovich, reflétant le sentiment de toute la classe politique autrichienne.
  
Greenpeace s'est aussi félicité de l'"échec cuisant de la Commission".
  
"La protection de l'environnement et de la santé publique devrait toujours venir avant les intérêts financiers d'une poignée de sociétés agro-chimiques", a déclaré l'organisation.
  
Le vote de lundi est une très bonne nouvelle pour la France et la Grèce: elles peuvent maintenant espérer que leurs interdictions de cultiver ce maïs, qui doivent être soumises prochainement au vote des pays de l'UE, seront maintenues.
  
"Nous apprécierions hautement que le collège des commissaires fasse une lecture attentive du vote d'aujourd'hui", a ainsi averti le ministre français Jean-Louis Borloo.
  
"Compte tenu des interrogations des scientifiques et des citoyens sur les impacts environnementaux des OGM, nous souhaitons que soient maintenues les clauses de sauvegarde nationales jusqu'à ce qu'une décision soit prise sur le renouvellement éventuel des autorisations de ces OGM", a-t-il ajouté.
  
L'UE autorise la commercialisation des OGM. Mais une seule semence, le MON 810, a été homologuée pour la culture - en 1998, pour dix ans.
  
Le renouvellement de cette autorisation est en cours d'évaluation. L'Autorité européenne pour la sécurité des aliments (EFSA) a indiqué avoir demandé à Monsanto des "informations supplémentaires concernant l'impact environnemental".
  
M. Borloo a aussi déploré que le président de la Commission, José Manuel Barroso, ait tenté de passer en force alors que les gouvernements des 27 avaient appelé en décembre la Commission à recueillir une expertise plus large lors de l'examen des demandes d'autorisation d'OGM, en prenant en compte les structures agricoles et les particularités écologiques des régions européennes.
  
A trois mois des élections européennes, beaucoup de pays ne voulaient pas risquer de braquer l'opinion sur un sujet sensible comme les OGM.
  
Dès la semaine dernière, la présidence tchèque de l'UE avait appelé à faire preuve de "psychologie" sur une "question complexe".
  
"Je ne vois pas pourquoi on devrait suivre les intérêts d'une seule entreprise américaine et fâcher les citoyens des Etats membres", a encore  expliqué lundi le ministre allemand de l'Environnement, Sigmar Gabriel.
  
"Nous avons voté sur les rapports institutionnels entre la Commission et les Etats membres", a estimé après le vote l'Italienne Stefania Prestigiacomo.
  
"M. Barroso a pris un risque considérable. C'est un résultat très sévère pour lui", a souligné un responsable français sous couvert de l'anonymat.

Première publication : 02/03/2009

COMMENTAIRE(S)