Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Angela Merkel, reine de l'esquive"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Tourisme en Thaïlande : Bangkok veut monter en gamme

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violences dans le Kasaï : le pouvoir congolais est responsable, selon Félix Tshisekedi

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Paris transformé en parc olympique géant

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pour le président Santos, le désarmement des Farc est un "jour historique"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Gouvernement Philippe II : les technocrates aux manettes ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macron, l'Européen

En savoir plus

TECH 24

Passe ton code d'abord !

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Année France-Colombie : le pays andin à l’honneur dans l’Hexagone

En savoir plus

Moyen-Orient

L'Iran réclame l'arrestation d'Olmert pour "crimes de guerre"

Dernière modification : 02/03/2009

Près de deux mois après l'offensive de Tsahal sur Gaza, la République islamique a accusé 34 dirigeants politiques, dont le Premier ministre israélien sortant, et 114 responsables militaires de "crimes de guerre".

AFP - Le procureur général d'Iran, Ghorbanali Dori-Najafabadi, a accusé les principaux dirigeants israéliens de "crime de guerre" à Gaza, réclamant notamment l'aide d'Interpol dans l'optique de poursuites, a rapporté dimanche l'agence Isna.
  
Le procureur iranien a présenté une liste de 34 dirigeants politiques et 114 responsables militaires israéliens accusés d'être des "criminels de guerre".
  
Il a notamment demandé l'arrestation du Premier ministre israélien sortant Ehud Olmert, du ministre de la Défense Ehud Barak ou encore de la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni.
  
M. Dori-Najafabadi évoque notamment la charte d'Interpol et la Convention de Genève de 1949 relatives à la protection des civils en zone de guerre.
  
Plus de 1.300 Palestiniens ont été tués pendant l'offensive israélienne dans la bande de Gaza (27 décembre-18 janvier).
  
L'Iran soutient le Hamas, qui contrôle le territoire palestinien et ne reconnaît pas l'existence d'Israël, comme l'Iran. Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a émis le voeu à plusieurs reprises que l'Etat hébreu soit rayé de la carte.
  
Interpol émet des "avis de recherche internationale en vue d'extradition" baptisés "red notice", à la demande de l'un de ses 187 pays membres, qui a lui-même délivré un mandat d'arrêt. Or l'Iran n'a pas jusqu'ici délivré de mandat d'arrêt contre les dirigeants israéliens.
  
Interpol, dont le siège est à Lyon (France), sert de relais et n'a pas le pouvoir de procéder à des interpellations.
  

Première publication : 02/03/2009

COMMENTAIRE(S)