Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Fabrice Arfi, auteur, "Le sens des affaires"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à la condamnation d'Oscar Pistorius

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Brésil : à la conquête de l'électorat populaire

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le duo Pouyanné-Desmaret aux manettes de Total

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'EI : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak, mais à quel prix ?

En savoir plus

DÉBAT

Migrants illégaux : l'impasse à Calais, dans le nord de la France

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile mexicaine réclame la démission du président

En savoir plus

FOCUS

Mines d'uranium en Inde : les populations sacrifiées de Jadugoda

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Nouveaux jardins d'idées

En savoir plus

Moyen-Orient

L'Iran réclame l'arrestation d'Olmert pour "crimes de guerre"

Dernière modification : 02/03/2009

Près de deux mois après l'offensive de Tsahal sur Gaza, la République islamique a accusé 34 dirigeants politiques, dont le Premier ministre israélien sortant, et 114 responsables militaires de "crimes de guerre".

AFP - Le procureur général d'Iran, Ghorbanali Dori-Najafabadi, a accusé les principaux dirigeants israéliens de "crime de guerre" à Gaza, réclamant notamment l'aide d'Interpol dans l'optique de poursuites, a rapporté dimanche l'agence Isna.
  
Le procureur iranien a présenté une liste de 34 dirigeants politiques et 114 responsables militaires israéliens accusés d'être des "criminels de guerre".
  
Il a notamment demandé l'arrestation du Premier ministre israélien sortant Ehud Olmert, du ministre de la Défense Ehud Barak ou encore de la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni.
  
M. Dori-Najafabadi évoque notamment la charte d'Interpol et la Convention de Genève de 1949 relatives à la protection des civils en zone de guerre.
  
Plus de 1.300 Palestiniens ont été tués pendant l'offensive israélienne dans la bande de Gaza (27 décembre-18 janvier).
  
L'Iran soutient le Hamas, qui contrôle le territoire palestinien et ne reconnaît pas l'existence d'Israël, comme l'Iran. Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a émis le voeu à plusieurs reprises que l'Etat hébreu soit rayé de la carte.
  
Interpol émet des "avis de recherche internationale en vue d'extradition" baptisés "red notice", à la demande de l'un de ses 187 pays membres, qui a lui-même délivré un mandat d'arrêt. Or l'Iran n'a pas jusqu'ici délivré de mandat d'arrêt contre les dirigeants israéliens.
  
Interpol, dont le siège est à Lyon (France), sert de relais et n'a pas le pouvoir de procéder à des interpellations.
  

Première publication : 02/03/2009

COMMENTAIRE(S)