Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un manifestant palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Amériques

Kathleen Sebelius nommée secrétaire à la Santé

Dernière modification : 03/03/2009

Barack Obama a choisi Kathleen Sebelius, gouverneur du Kansas, comme secrétaire à la Santé. Il lance ainsi le difficile chantier de la réforme du système de santé, visant à munir chaque Américain d'une couverture sociale.

AFP - Le président Barack Obama a lancé lundi l'ambitieux et difficile chantier visant à donner une couverture médicale à tous les Américains en nommant une nouvelle secrétaire à la Santé et en créant un poste de haut responsable chargé de la réforme.
  
M. Obama a officiellement choisi Kathleen Sebelius, gouverneur du Kansas, pour diriger le secrétariat à la Santé, une administration responsable de grands programmes de couverture médicale et de la sécurité alimentaire des Américains, a annoncé la Maison Blanche.
  
M. Obama a nommé Nancy-Ann DeParle, une ancienne de l'administration Clinton présentée comme l'une des expertes les plus éminentes sur la question, conseillère du président au poste nouveau de directrice du Bureau chargé de la réforme du système de santé à la Maison Blanche.
  
M. Obama convoquera jeudi un "sommet" réunissant les parties prenantes à une réforme du système de santé et engagera l'effort pour tenir une de ses grandes promesses de campagne: donner une couverture médicale aux près de 50 millions d'Américains qui en sont dépourvus.
  
"Je ne me fais aucune illusion: ce ne sera pas une affaire aisée. Encore une fois, ce sera difficile", mais "la réforme du système de santé ne peut pas attendre davantage", a dit M. Obama la semaine passée.
  
Preuve de sa détermination, M. Obama a fait figurer dans son premier budget, présenté jeudi, un fonds de 634 milliards de dollars sur dix ans pour financer la couverture santé des Américains. L'administration indique qu'il s'agit là d'un acompte sur ce qui, selon un chiffre communément cité, pourrait revenir à mille milliards de dollars.
  
M. Obama entend réformer la couverture médicale, en associant financements public et privé, non seulement pour l'étendre mais pour contenir l'explosion des dépenses de santé, l'un des grands dangers auxquels est confrontée l'économie nationale.
  
"Au cours des huit dernières années, les primes (d'assurance médicale) ont augmenté quatre fois plus vite que les salaires (...) C'est l'une des raisons principales pour lesquelles les petites entreprises ferment leurs portes et les grandes compagnies délocalisent. Et c'est l'un des postes de notre budget qui augmentent le plus et le plus vite", a-t-il dit.
  
Mmes Sebelius et DeParle seront aux avant-postes de la réforme, que M. Obama compte financer par des augmentations d'impôts et plus de rigueur dans la gestion de l'argent public.
  
Mme Sebelius, gouverneur du Kansas depuis 2003, arrive avec de sérieuses références: démocrate, elle a dirigé avec compétence et modération un Etat républicain; elle a soutenu M. Obama tôt dans la course à l'investiture pour la présidentielle et son nom a été cité comme une possible colistière; elle s'est attaquée aux questions de santé dans son Etat.
  
Mais elle n'est qu'un second choix. Celui que M. Obama avait d'abord choisi, Tom Daschle, s'était désisté à cause d'une affaire d'impôts impayés.
  
M. Daschle n'aurait pas seulement été secrétaire à la Santé. Il aurait aussi dirigé le Bureau chargé de la réforme à la Maison Blanche.
  
M. Obama a donc scindé les attributions.
  
La désignation de Mme Sebelius, qui devrait être confirmée sans difficulté par le Sénat, a quand même donné lieu à de farouches objections chez les adversaires républicains de M. Obama. Ceux-ci l'ont présentée comme une championne d'une fiscalité lourde alors que le premier budget de M. Obama se signale déjà selon eux pour un accroissement de la pression fiscale contrecarrant la reprise économique.

Première publication : 02/03/2009

COMMENTAIRE(S)