Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Amériques

Kathleen Sebelius nommée secrétaire à la Santé

Dernière modification : 03/03/2009

Barack Obama a choisi Kathleen Sebelius, gouverneur du Kansas, comme secrétaire à la Santé. Il lance ainsi le difficile chantier de la réforme du système de santé, visant à munir chaque Américain d'une couverture sociale.

AFP - Le président Barack Obama a lancé lundi l'ambitieux et difficile chantier visant à donner une couverture médicale à tous les Américains en nommant une nouvelle secrétaire à la Santé et en créant un poste de haut responsable chargé de la réforme.
  
M. Obama a officiellement choisi Kathleen Sebelius, gouverneur du Kansas, pour diriger le secrétariat à la Santé, une administration responsable de grands programmes de couverture médicale et de la sécurité alimentaire des Américains, a annoncé la Maison Blanche.
  
M. Obama a nommé Nancy-Ann DeParle, une ancienne de l'administration Clinton présentée comme l'une des expertes les plus éminentes sur la question, conseillère du président au poste nouveau de directrice du Bureau chargé de la réforme du système de santé à la Maison Blanche.
  
M. Obama convoquera jeudi un "sommet" réunissant les parties prenantes à une réforme du système de santé et engagera l'effort pour tenir une de ses grandes promesses de campagne: donner une couverture médicale aux près de 50 millions d'Américains qui en sont dépourvus.
  
"Je ne me fais aucune illusion: ce ne sera pas une affaire aisée. Encore une fois, ce sera difficile", mais "la réforme du système de santé ne peut pas attendre davantage", a dit M. Obama la semaine passée.
  
Preuve de sa détermination, M. Obama a fait figurer dans son premier budget, présenté jeudi, un fonds de 634 milliards de dollars sur dix ans pour financer la couverture santé des Américains. L'administration indique qu'il s'agit là d'un acompte sur ce qui, selon un chiffre communément cité, pourrait revenir à mille milliards de dollars.
  
M. Obama entend réformer la couverture médicale, en associant financements public et privé, non seulement pour l'étendre mais pour contenir l'explosion des dépenses de santé, l'un des grands dangers auxquels est confrontée l'économie nationale.
  
"Au cours des huit dernières années, les primes (d'assurance médicale) ont augmenté quatre fois plus vite que les salaires (...) C'est l'une des raisons principales pour lesquelles les petites entreprises ferment leurs portes et les grandes compagnies délocalisent. Et c'est l'un des postes de notre budget qui augmentent le plus et le plus vite", a-t-il dit.
  
Mmes Sebelius et DeParle seront aux avant-postes de la réforme, que M. Obama compte financer par des augmentations d'impôts et plus de rigueur dans la gestion de l'argent public.
  
Mme Sebelius, gouverneur du Kansas depuis 2003, arrive avec de sérieuses références: démocrate, elle a dirigé avec compétence et modération un Etat républicain; elle a soutenu M. Obama tôt dans la course à l'investiture pour la présidentielle et son nom a été cité comme une possible colistière; elle s'est attaquée aux questions de santé dans son Etat.
  
Mais elle n'est qu'un second choix. Celui que M. Obama avait d'abord choisi, Tom Daschle, s'était désisté à cause d'une affaire d'impôts impayés.
  
M. Daschle n'aurait pas seulement été secrétaire à la Santé. Il aurait aussi dirigé le Bureau chargé de la réforme à la Maison Blanche.
  
M. Obama a donc scindé les attributions.
  
La désignation de Mme Sebelius, qui devrait être confirmée sans difficulté par le Sénat, a quand même donné lieu à de farouches objections chez les adversaires républicains de M. Obama. Ceux-ci l'ont présentée comme une championne d'une fiscalité lourde alors que le premier budget de M. Obama se signale déjà selon eux pour un accroissement de la pression fiscale contrecarrant la reprise économique.

Première publication : 02/03/2009

COMMENTAIRE(S)